FACE AU DANGER DE LA RUE : 7 000 enfants pris en charge par le Samu social

Dans le but d’améliorer la situation des enfants en danger dans la rue et d’éviter l’aggravation de leur, le Samu social qui est une Ong sénégalaise, a procédé hier à la publication de son bilan de 30 mois de partenariat avec l’Union européenne. Durant cette période de deux ans et demi, 1 200 enfants ont pu bénéficier d’une prise en charge médico-psychosociale.

En 15 ans d’existence au Sénégal, 7 000 enfants ont été pris en charge par le Samu social. Cette révélation est de Isabelle Diouf, administratrice de cette Ong sénégalaise qui a été créée en 2003. Elle œuvre pour l’améliorer de la situation des enfants en danger dans la rue et d’éviter l’aggravation de leur détresse. Selon elle, l’Ong s’active aussi aux retours des enfants en familles à l’intérieur du pays, comme Kaffrine et Kolda, mais également dans la sous-région à travers un réseau de partenaires qui a été mis place dans tout le Sénégal. « Nous collaborons avec la Brigade des mineurs de Dakar pour la prise en charge des enfants des rues qui sont victimes du manque de prise en charge sociale, économique et culturel », a déclaré Isabelle Diouf. Pour les recherches des familles, cette dernière de faire savoir que c’est la gendarmerie nationale qui est saisie en régions pour la remise des enfants à leurs parents. Elle s’exprimait lors de la clôture du projet soutenu par l’Union européenne (Ue) qui a permis de renforcer le système de protection des enfants de la rue au Sénégal. Pour une durée de deux ans et demi (30 mois), il a été financé à hauteur de 600 000 euros soit 400 millions F CFA. Ce projet a permis de prendre en compte les activités de prise en charge des enfants de la rue, la sensibilisation, le renforcement de capacité des acteurs et les subventions en cascade de trois associations partenaires dont deux centres d’accueil. Ce a permis à plus de 1 200 enfants de bénéficier d’une prise en charge médico-psychosociale, 840 autres d’être mis à l’abri dans le centre de d’hébergement d’urgence du Samu social. Mais aussi, le projet a permis également à 379 gamins de retourner en famille de façon pérenne et de 328 professionnels et étudiants de bénéficier de renforcement de capacité. Ces activités d’accompagnement de ces enfants ont été soutenues par une grande campagne de sensibilisation et de plaidoyer intitulée « Zéro violence dans nos familles, zéro violence dans nos daaras, zéro enfant dans nos rues ». À cet effet, la Société civile, les partenaires étatiques, les communes de Dakar et l’Union européenne ont été impliqués dans les actions du Samu social Sénégal, grâce à la dynamique du cadre de concertation ville de Dakar et l’Ong.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles