Extractives : croissance de l’activité en variation trimestrielle

La direction de la prévision et des études économiques (Dpee), sa « note de conjoncture-premier trimestre 2017 », estime que l’activité des extractives a connu une croissance de 8,3%.

« L’activité extractive est caractérisée, au terme des trois (3) premiers mois de l’année 2017, par une croissance trimestrielle de 8,3%, en ligne avec la bonne orientation des productions d’or (+37%) et de sel (+15%). Par contre, les productions de phosphate (-32%) et d’attapulgite (-11%) se sont contractées sur la période », renseigne la Dpee.

D’après le document, l’augmentation de la production d’or traduit celle du flux de minerai, en rapport avec les disponibilités et les taux d’utilisation des équipements de la flotte minière, et l’optimisation continue du circuit de production. Et les résultats du premier trimestre sont conformes au plan trimestriel de production.

Pour sa part, la production de sel est stimulée par les améliorations simultanées des demandes locale (+27%) et étrangère (+12%), en dépit d’une rude concurrence du secteur artisanal local et des mesures protectionnistes de certains marchés d’exportation.

Concernant le phosphate, la Dpee souligne que la production est passée de 378.000 tonnes au quatrième trimestre 2016 à 258.000 tonnes au premier trimestre 2017, en dessous d’une prévision trimestrielle de 300.000 tonnes. Et cette contre-performance est essentiellement due aux arrêts occasionnés par la réparation de la bande du scalpage, aux incidents mécaniques et électriques ainsi qu’aux arrêts récurrents pour attente de camions.

Et la source de poursuivre : « Pour ce qui est de l’attapulgite, le premier trimestre 2017 a été marqué par la congestion et des problèmes de surestarie au port de Dakar qui ont entraîné une baisse de la production de l’ordre de trente (30) mille tonnes relativement au quatrième trimestre de 2016. Sur une base annuelle, l’activité extractive s’est contractée de 6,6% au premier trimestre 2017, du fait, essentiellement, de la baisse de la production de phosphate (-30%). En effet, le budget 2017 de cette dernière a été légèrement revu à la baisse eu égard aux stocks existants à fin 2016 ».

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles