Evasion du gangster Redoine Faïd : il s’est échappé d’une prison française grâce à un hélicoptère, aidé par trois complices armés

Trois complices armés ont extrait Redoine Faid de la prison de Seine-et-Marne, près de Paris, dimanche matin, a rapporté Le Parisien. Le gangster emprisonné en France a échappé à la prison après avoir été pris en hélicoptère.

Ses complices ont atterri à Gonesse, une banlieue nord-est de la capitale française, avant de poursuivre leur fuite en voiture. Les autorités ont trouvé plus tard une Renault noire brûlée soupçonnée d’être la voiture d’évasion à Aulnay-sous-Bois, une autre banlieue de Paris.

Les assaillants auraient changé de véhicule, poursuivant leur évasion dans une camionnette, selon toujours Le Parisien.

Jean-François Forget, secrétaire général de l’Union pénitentiaire du pays, a déclaré que le détenu « était dans une salle d’isolement, mais n’avait pas de mesures spéciales de surveillance ». Il a ajouté que l’hélicoptère était immatriculé en Belgique.

Faid a déjà lancé une audacieuse évasion de prison en avril 2013, utilisant des explosifs pour faire sauter cinq portes de prison, prenant quatre gardiens de prison en otage, et s’échappant grâce à deux voitures.

Il avait été arrêté de nouveau sous mandat européen le mois suivant après avoir été retrouvé caché dans un B & B. L’année dernière, il a été condamné en appel à 25 ans de prison pour avoir orchestré un vol qualifié en 2010, qui a coûté la vie à une policière.

En tant que jeune délinquant dans une banlieue en difficulté au nord de Paris, Faid s’est inspiré des films de gangsters américains.

«Enlevez le cinéma et vous aurez 50% moins de crimes», a-t-il confié à Michael Mann, le réalisateur de Heat , son film préféré.

Dans un livre d’interviews et un documentaire télévisé en 2010-11, Faid s’est présenté comme le symbole réformé d’une nouvelle génération de crime organisé français.

Il a dit qu’il était connu comme « doc » ou « cerveau » – un chef des gangs de la banlieue troublée des villes françaises qui avaient délaissé le trafic de drogue et le petit larcin pour défier le milieu criminel coréen traditionnel du banditisme à grande échelle.

Après «30 ans de crime», dont il avait passé 10 ans en prison et trois ans de fuite, tout était derrière lui, insista-t-il.

« Ma vie a été un tas de merde », a-t-il dit. « En fuite, je vivais constamment dans la peur de la mort et de la police … C’était l’enfer. Je ne pouvais pas voir ma famille. C’était dur. Cela te fait penser. »

Source independent.co.uk

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles