Etude du FMI : Les finances publiques britanniques pires que celles de la Gambie, de l’Ouganda et du Kenya…

Selon une nouvelle étude, les finances publiques sous-jacentes de la Grande-Bretagne sont parmi les pires au monde, derrière la Gambie, l’Ouganda et le Kenya.

Le renflouement des banques, la hausse des engagements au titre des retraites et la vente d’actifs publics ont effacé 1 000 milliards de livres sterling de la richesse nette du Royaume-Uni, selon une étude.  Cette conclusion surprenante est venue d’une approche des finances publiques différente de celle préconisée par le gouvernement.

Les économistes du Fonds monétaire international (FMI) ont découvert que 1 000 milliards de livres sterling avaient été effacées de la richesse nette du secteur public britannique depuis la crise financière de 2008, en grande partie grâce au renflouement des banques et à l’augmentation des engagements envers les retraites.

Le FMI a examiné les actifs et les passifs de 31 pays et a constaté que le Royaume-Uni était dans une situation pire que tous les autres pays à l’exception du Portugal.

Plutôt que d’examiner la dette et le déficit de chaque pays – le revenu d’un gouvernement moins ses dépenses -, l’approche du FMI tient compte des avantages procurés par des actifs tels que les sociétés à capitaux publics et les ressources naturelles. Ces chiffres ressemblent davantage au bilan d’une entreprise.

Le FMI a déclaré que le coût du renflouement des banques avait été un facteur important entraînant le Royaume-Uni dans le classement. Le Royaume-Uni a également l’un des plus importants passifs au titre des retraites de tous les pays de l’étude, mais se situe au bas de la liste en ce qui concerne les actifs publics.

En utilisant la méthode du bilan du secteur public, des pays tels que la Gambie, l’Ouganda et le Kenya se classent au-dessus du Royaume-Uni car, bien qu’ils aient des actifs et des passifs moins importants que la Grande-Bretagne, leur richesse nette par rapport au PIB est supérieure.

Le rapport du FMI s’attache particulièrement à la privatisation des avoirs publics, dont les avantages, selon lui, ne sont souvent qu’une « illusion ». Le Royaume-Uni a connu l’une des privatisations les plus radicales de toutes les économies depuis le début des années 1980.

Sous le gouvernement conservateur depuis 2015, la politique a franchi une étape supplémentaire en incitant les ministères et les autorités locales à vendre leurs actifs pour financer les dépenses quotidiennes, en partant du principe qu’une telle approche est nécessaire pour réduire le déficit.

Mais les économistes du FMI ont déclaré que la tendance des gouvernements à se concentrer sur la dette « manque de larges pans de l’activité gouvernementale et peut être victime de pratiques fiscales illusoires ». Lorsque l’on prend en compte les actifs publics, la vente d’un service public, par exemple, ne peut rien faire pour améliorer les finances publiques, a déclaré le FMI.

« Par exemple, les privatisations augmentent les revenus et réduisent les déficits, mais réduisent également les avoirs du gouvernement », indique le rapport. De même, réduire les dépenses d’entretien réduit le déficit et la dette, mais réduit également la valeur des infrastructures, ce qui pourrait coûter plus cher à long terme.»

Selon ce point de vue, la proposition de Labour de renationaliser les concessions ferroviaires et les compagnies d’eau, comme le prétendent les conservateurs, ne coûterait pas des centaines de milliards de livres.

Le gouvernement créerait simplement une dette au passif du bilan tout en obtenant un actif de la valeur correspondante, ce qui donnerait un coût net de zéro. L’actif à son tour a le potentiel de générer des revenus futurs. Par exemple, les compagnies d’eau privatisées ont versé 6,5 milliards £ de dividendes et d’intérêts aux actionnaires au cours des cinq dernières années, selon les données compilées par le syndicat GMB.

Le FMI a également averti mardi que le Brexit faisait partie des principaux risques pour la stabilité économique mondiale.

L’organisation basée à Washington a exhorté les institutions financières à «intensifier leurs préparatifs pour l’environnement post-Brexit», y compris pour un scénario de non-accord. Il a averti que les inquiétudes au sujet d’un Brexit sans transaction semblaient s’être accrues, entraînant une volatilité de la livre et une répression des évaluations des sociétés.

Le FMI a souligné « son inquiétude croissante » quant à la possibilité d’une rupture des négociations sur le Brexit, une incertitude grandissante au Royaume-Uni et au-delà, susceptible de provoquer un « durcissement brutal de la situation financière mondiale »

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles