Ethiopie : 50 personnes tuées dans une bousculade, un deuil national décrété depuis hier lundi

Les drapeaux sont en berne en Ethiopie où a débuté ce lundi un deuil national de trois jours, en mémoire d’au moins 50 personnes mortes, la veille, dans une bousculade suite à des violences lors de la célébration annuelle d’Irrecha dans la ville de Bishoftu, située à environ 45 km du sud-est de la capitale éthiopienne, Addis-Abeba.
Là où certaines personnes parlent de plus d’une centaine de morts, la télévision publique, elle, fait état de 52 personnes tuées au cours de la violence qui a eu lieu autour du lac où se tenait la célébration.

La violence a été créée par la foule sur place qui scandait « Nous voulons la liberté» et «Nous voulons la justice», empêchant les aînés de la communauté de livrer leurs discours lors du festival, selon l’Ethiopian Broadcasting Corporation dans son journal télévisé de dimanche soir.

Certains manifestants brandissaient le drapeau rouge, vert et jaune du Front de libération oromo, un groupe rebelle classé organisation terroriste par le gouvernement. Le bureau de la communication du gouvernement a, dans un communiqué, indiqué que beaucoup de blessés ont été évacués à l’hôpital.

Irreecha est une fête de Thanksgiving organisée par le peuple Oromo en Ethiopie. Les Oromo célèbrent Irreecha pour remercier Waaqa (Dieu) pour les bénédictions et les bienveillances reçues tout au long de l’année précédente.

Les manifestants avaient également les poignets croisés, un geste populaire de protestation anti-gouvernementale.

Le Premier ministre Hailemariam Desalegn a, le même jour, exprimé ses condoléances aux familles qui ont perdu leurs proches dans ces violences.

Durant les trois jours de deuil national, le drapeau national est en berne dans toutes les institutions gouvernementales, les ambassades et consulats éthiopiens, les écoles et les navires battant pavillon éthiopien.

 

Source Apanews

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles