Etats-Unis : Obama rend visite mercredi à la communauté musulmane pour gommer des clichés

Le président Obama fera la première visite  depuis son arrivée à la sa présidence à une mosquée des États-Unis, la Maison Blanche en a fait l’annonce samedi dernier. C’est une poussée de l’administration pour promouvoir la tolérance religieuse, à un moment où la rhétorique reliant l’islam au terrorisme se développe de plus en plus dans ce pays.

Le mercredi, le président se rendra à la Société islamique de Baltimore, un centre communautaire tentaculaire dans la banlieue ouest de la ville qui sert à des milliers de personnes un lieu de culte, un complexe de logements et d’écoles, selon son site internet.

Il est l’un des plus grands centres musulmans de la région Mid-Atlantic et se décrit comme aspirant à être le point d’ancrage d’une communauté musulmane de plus en plus venant de divers horizons, gouvernée démocratiquement,  avec inclusivité et tolérance, et interagissant avec les voisins dans un Etat islamique de manière exemplaire.  »

Le président Obama effectue sa visite « pour célébrer les contributions que des Américains musulmans font à notre nation et réaffirmer l’importance de la liberté religieuse à notre mode de vie», a écrit un fonctionnaire de la Maison Blanche dans un courriel samedi.

« Le président croit que l’une des grandes forces de notre nation est notre riche diversité et l’idée même que les Américains de différentes confessions et origines peuvent prospérer ensemble – que nous faisons tous partie de la même famille américaine. Comme l’a dit le président, les Américains musulmans sont nos amis et voisins; nos collègues, et les héros sportifs – et nos hommes et nos femmes en uniforme pour défendre notre pays. « , lit-on

À la Société islamique, le président tiendra une table ronde avec des membres de la communauté, nous dit le bulletin l’officiel.

Visite sous forme de marche sur une corde raide

Pendant des années, les Américains musulmans ont fait pression sur lui pour visiter une mosquée, parlant de l’islamophobie. Dans le même temps, un segment des critiques d’Obama  disait qu’il a pris ses fonctions alors qu’il était musulman avant d’être chrétien, et qu’il minimise l’aspect religieux de l’extrémisme musulman. De récents sondages montrent que 29 pour cent des Américains et près de 45 pour cent des républicains pensent qu’il est musulman. Cette visite intervient dans la dernière année de sa présidence.

La possibilité d’une visite de la mosquée fut à nouveau agitée  il y a un mois, lorsque plusieurs éminents Américains musulmans  ont rencontré des responsables de la Maison Blanche pour discuter de leurs préoccupations relatives à l’augmentation de l’hostilité à l’égard des personnes de leur foi.

Au cours de cette session _ qui a été suivie par la Maison Blanche via son conseiller principal Valerie Jarrett, le directeur du Conseil Politique Intérieure Cecilia Muñoz et le conseiller adjoint à la sécurité nationale Ben Rhodes – les dirigeants islamiques ont demandé Obama de visiter une mosquée, idéalement avec l’ancien président George W. Bush.

Les présidents américains visitent rarement les lieux de culte, à part quand ils vont assister à l’église pour leurs propres pratiques religieuses. Obama assiste régulièrement à des services religieux sur les séjours clés. En mai, il a visité une synagogue pour la première fois en tant que président.

En 2001, Bush a visité le Centre culturel islamique de Washington, six jours après les attaques terroristes du 11 septembre, où il a déclaré, «l’Islam est la paix, et le visage de la terreur n’est  pas la vraie foi de l’islam. »

Obama de plus en plus s’est prononcé contre la rhétorique antimusulmane.

« Quand les politiciens insulte les musulmans, que ce soit un étranger ou nos concitoyens, quand une mosquée est vandalisée, ou un enfant victime d’intimidation, çà ne nous rend pas plus sûrs, » a-t-il déclaré lors de son adresse à l’Union ce mois passé. « C’est tout simplement faux.Cela nous diminue aux yeux du monde. Cela rend plus difficile l’atteinte de nos objectifs. Il trahit ce nous sommes en tant que pays « .

Un ancien conseiller de la Maison Blanche, Dan Pfeiffer a écrit dans un e-mail que le symbolisme d’Obama en visitant une mosquée aura une résonance à l’échelle nationale. « Le président des États-Unis est la personne la plus puissante dans le monde, » a écrit Pfeiffer, « et sa présence envoie un message très puissant à la communauté musulmane américaine. »

Un observateur proche du rôle de la religion dans la politique présidentielle a déclaré que le calendrier des événements la semaine prochaine n’est  pas une coïncidence et que la visite de la mosquée serait un contraste frappant avec la rhétorique anti-musulmans provenant de plusieurs grands candidats républicains.

lactuacho.com avec washingtonpost.com

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles