Erosion côtière à Joal: Le seul hôtel de la localité à moitié sous la mer

Réuni en assemblée générale à Joal, le Front Social pour le Tourisme  (FST) aujourd’hui devenu Front pour le Développement des Valeurs Socialistes, par la voix de son président, M. Doudou Gnagna Diop, déplore la situation  dans laquelle se trouve l’hôtel de la, plage,  seul hôtel de Joal  dont une grande partie  est aujourd’hui sous la mer.

« Ici nous sommes dans une structure qui s’appelle hôtel de la plage à Joal. C’est un produit phare de Joal parce que c’est le seul hôtel qui avait une organisation, une structuration. C’était le seul hôtel où on pouvait trouver une piscine, un joyau assez important pour les habitants de la localité. Aujourd’hui l’érosion côtière, les changements climatiques, ont imposé leur force à la structure hôtelière qui, pour le moment reste fermée. Les conséquences sont nombreuses, d’abord une quinzaine de personnes en chômage, ensuite c’est l’économie locale, ce sont les pêcheurs, les maraîchers qui approvisionnaient l’hôtel. Je me demande qu’est-ce tous ces gens-là vont devenir sans l’hôtel ? Ce phénomène qui se pose à Joal, c’est aussi sur toute la petite côte, la brèche de Saint-Louis, la basse Casamance. Aujourd’hui, Joal est orphelin de cet outil de travail. Un hôtel, une petite structure qui disparait comme ça, c’est des pertes d’emploi alors que notre pays lutte contre la pauvreté via le Tourisme », se désole M. Doudou Gnagna Diop en marge de l’assemblée générale tenue ce week-end à Joal.

Il en appelle qu’il est grand temps pour  notre pays de décliner  une politique touristique adoptée au temps actuel.

«  La politique touristique qu’on réclamait depuis 10 ans, 20 ans,  ce n’est plus la même parce qu’aujourd’hui, on a un phénomène qui vient d’ailleurs, c’est l’érosion côtière, les changements climatiques qui ont impacté négativement dans le développement économique et social du secteur », dira-t-il.

 

 

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles