Eradication du phénomène des Malades mentaux errant dans les rues : L’AMMD initie une caravane nationale

L’association aide aux malades mentaux démunis (AMMD) a procédé au lancement de sa caravane nationale hier à Thiès par un marathon à travers la ville de Thiès pour sensibiliser les populations sur la situation des malades mentaux laissés à eux-mêmes dans les rues de la capitale du rail.

Une image qui fait partie au quotidien des thiéssois.
« L’objectif de ce marathon, c’est inciter les autorités pour la prise en charge des déficients mentaux. Pourquoi, nous l’avons fait c’est parce que nous allons entamer une caravane nationale annuelle au courant de l’année 2016-2017. Et on a jugé de faire le marathon pour le lancement de cette caravane. Maintenant, nous allons sillonner les régions du Sénégal mais nous avons tenu à démarrer par Thiès pour que notre région se l’approprie et que pour sensibiliser les familles des déficients mentaux, les collectivités locales sur la question », a précisé Bineta Fatim Dieng, présidente de l’association, directrice pouponnière « Sourire bébé » du centre Léopold Sédar Senghor de Thiès en marge de la manifestation.
Elle estime qu’il y a beaucoup de malades mentaux dans les rues de Thiès. Et son association est créée pour lutter contre le phénomène des malades mentaux.
Et Mme Dieng de rappeler : « Notre association est mise sur pied depuis 5 ans et nous avons mis en place une pouponnière au niveau de Thiès qui s’appelle « Sourire bébé » pour accueillir les bébés des déficientes mentales.

C’est une œuvre humanitaire que nous sommes en train de faire. Le fait que je m’occupe des malades mentaux, étonnent beaucoup de gens mais je dis que c’est quelque chose inné chez moi de faire du social et particulièrement d’aider les malades mentaux parce que dans notre famille, nous avons un déficient mental ».
Durant la manifestation, les autorités locales ont brillé par leur absence malgré les invitations envoyées par l’association.
« Aujourd’hui, nous ne bénéficions pas d’aide de la part de nos autorités locales comme gouvernementales. Et pourtant le phénomène est là, visible à l’œil, nous voulons l’éradiquer, donc c’est l’Etat et nos autorités locales qui devaient être les premiers partenaires. Pourtant, nous avons envoyé des cartons d’invitation aux autorités locales qui ont brillé par leur absence comme si le phénomène ne leur intéressait pas mais les sapeurs, la Croix-Rouge, les militaires ont tenu à être présents. Il devait avoir la présence du maire, le préfet mais ils ont brillé par leur absence mais cela nous motive davantage », a expliqué la présidente de l’AMMD.
Selon Mme Dieng, ils veulent éradiquer ce phénomène au niveau du Sénégal. Et aujourd’hui sa structure accueille trois enfants dont leur mère est déficiente mentale.
« Nous avons loué ce local qui abrite la pouponnière et nous accueillons présentent trois enfants dont la mère est déficiente mentale pour le moment, nous travaillons avec le tribunal régional. C’est le tribunal qui nous ordonne de prendre en charge ces enfants-là. La mairie de la localité subventionne les associations et nous avons droit à ces subventions car nous faisons dans le social », renseigne Mme Dieng.
Elle a tenu à lancer un appel au président de la république pour un appui pour la création d’un centre d’accueil pour malades mentaux à Thiés et l’affectation de psychiatres dans les hôpitaux publics.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles