Eradication des abris provisoires: Le secteur privé s’implique

Dans le cadre du programme visant à éradiquer la totalité des 6700 abris provisoires à travers le territoire national, le groupe BATINOV et ses partenaires ont procédé à la remise aux populations et à la communauté éducative de Kounoune, d’une nouvelle salle de classe et d’un bureau de Direction gracieusement offerts et entièrement équipés par des entreprises du secteur privé sénégalais dont la société d’exploitation des ressources thonières, le cabinet d’expertise comptable Mazars et le groupe Wari.

« Nous sommes à la recherche de financements innovants, cela ne veut pas dire que nous sommes en plein pied de remplacement des abris bien qu’on est en phase d’évaluation. Il est évident que comme tout promoteur Batinov a eu l’information et s’est intéressé à ce programme et est en train de montrer ses produits en partant des mini-programmes très simples, ils vont collecter de l’argent, nous proposer des modèles et des salles de classe. Et cette génération de salle de classe fait partie de son programme pour montrer sa technologie qui est une technologie innovante. Ça répond parfaitement aux normes. Au moment de la validation, on était environ à 6622 abris provisoires. Les constructions inachevées, l’Etat se donnera les moyens de les achever, c’est des programmes en cours d’exécution », précise M. Daouda Ndiaye, directeur de la construction scolaire au niveau du ministère de l’éducation nationale.

M. Youssoupha Diop, administrateur général de Batinov, a souligné que : « Batinov, dans le cadre du programme qu’elle a mis en place, intitulé : programme d’éradication des abris provisoires, a conçu un modèle de salle de classe qu’elle a expérimenté dans divers établissements scolaires. L’année dernière à pareille époque, nous étions en train de réceptionner le premier modèle de salle de classe à l’école de Sébithiokho qui avait été construite avec une technologie différente de celle qui été mise en œuvre ici ».
Selon M. Diop, il estime qu’ils pensent arriver à une solution qui agrée la totalité des parties prenantes du secteur éducatif à savoir le ministère de l’éducation nationale, les membres de la communauté éducative, les techniciens du bâtiment et les apprenants.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles