Epargne collective et individuelle dans les PME/PMI : Le CDES, la CGF Gestion et CGF Bourse scellent un partenariat

Le Conseil des Entreprises du Sénégal (CDES) et la Compagnie Générale de Finance et de Gestion (CGF Gestion), ont décidé de mettre en place un dispositif collectif d’épargne, à travers un Plan Epargne Retraite, au bénéfice des salariés, dirigeants et associés des entreprises membres de l’organisation patronale. La cérémonie officielle de signature du règlement du « PER-CDES » a eu lieu ce mardi 15 mai 2018, dans les locaux de CGF Bourse, en présence de M. Babacar DIAGNE, Président du CDES, de M. Kalidou DIALLO, DG de CGF Gestion, de Mme Marie Odile SENE KANTOUSSAN, DG de CGF Bourse ainsi que de plusieurs membres des directoires de CDES et de CGF Bourse.

Quant à M. Kalidou Diallo, DG de CGF Gestion, il souligne : « Avec le CDES, l’idée, c’est de mettre en place un plan d’épargne retraite. Vous savez CGF Gestion, depuis 2001 reste un dévideur de la zone UEMOA sur la mise en place des fonds communs de placement dédiés à la retraite complémentaire. Comme vous le savez au niveau du Sénégal, la retraite reste un aspect assez difficile, donc pour les salariés qui en règle générale, se paupérisent au moment de la retraite puisque leur niveau de vie baisse ».

Et le DG de CGF Gestion de rajouter : « Donc ici, l’objectif est que de prémunir, aujourd’hui des personnes qui sont de la profession libérale, ce sont les chefs d’entreprise et leurs salariés, sur cette échéance de la retraite, donc ça, c’était l’objectif premier et l’idée, c’était de leur dire qu’au niveau du CDES, il est possible de préparer sa retraite depuis l’âge de 25, plus de 30 ans en faisant un effort d’épargne chaque mois, on met 10 000 F, 20 000 F par mois et arrivé à la retraite, vous allez trouver un capital , déjà qui est le fruit de votre épargne, plus les rendements que vous avez réussi à avoir au niveau des placements sur le marché financier ».
Il estime que c’est un dispositif de protection social des entreprises mises en place.
Et selon lui, en organisant aujourd’hui l’ensemble des acteurs, les membres du patronat du CDES, l’idée est de mettre en place un fonds qui peut être utilisé comme fonds de garantie.

« Certains qui sont dans la profession libérale comme le chef d’entreprise qui n’a pas directement accès à une retraite complémentaire. Donc en mettant en place ce système de retraite complémentaire, on dote les chefs d’entreprise qui sont aussi les capitaines de nos industries d’un véhicule qui va les accompagner au niveau de la retraite. Même d’ici quelques mois, il y aura un fonds dédié à la retraite complémentaire », dira M. Diallo.

« Je pense bien que le protocole qu’on vient de signer avec CGF Bourse et CGF Gestion, c’est un grand honneur dans la nouvelle vision du Conseil des Entreprises du Sénégal. Depuis 6 mois, on est en train de changer notre façon de faire le business et la vision qu’on avait du patronat, c’est vraiment c’est de démarquer du patronat folklorique, du patronat administratif et aller vers le patronat économique et cela veut dire beaucoup de choses. Ce qui explique la signature d’un nouveau contrat, de protocole d’accord de pairs qui ont un plan d’épargne pour les dirigeants, les salariés, les entreprises membres du Conseil des entreprises du Sénégal mais ce véhicule d’épargne va nous conduire sous peu à la mise en place d’un fonds de placement économique qui permettra de financer les activités des entreprises membres du CDES, à mettre en place une structure de facturage », a précisé M. Babacar Diagne, président du CDES.

Pour rappel, ce Plan d’Epargne Retraite dénommé « PER-CDES » a pour objet d’accompagner les bénéficiaires vers une retraite sereine en leur permettant de participer, avec l’aide du CDES, à la constitution d’un portefeuille collectif de valeurs mobilières dont la liquidation par chaque salarié, dirigeant et associé pourra servir, à terme, à l’alimentation d’un produit d’épargne retraite libérable sous forme de rente ou de capital au moment du départ à la retraite.

Et le « PER-CDES » est ouvert à tous les salariés, dirigeants et associés des entreprises membres du CDES qui le souhaitent. Et les adhérents peuvent procéder à des souscriptions mensuelles et à des souscriptions ponctuelles, selon leurs revenus, durant toute l’année. Dans le cas des souscriptions mensuelles, le montant minimum est fixé à 10 000 Fcfa.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles