Environnement : « Nous sommes en train de jouer avec la capacité de notre planète à nous maintenir en vie », avertissent des scientifiques

D’ici à 2020, les deux tiers des animaux sauvages auront disparu. La vie sur Terre s’évanouit aussi vite que lors de la disparition des dinosaures. Et c’est parce que l’humanité attaque le grand arbre de la vie à la tronçonneuse.

Si nous n’arrêtons pas cette tragédie, notre fragile biodiversité pourrait bien s’effondrer, laissant notre Terre inhabitable et silencieuse. Mais tout n’est pas perdu: les scientifiques soutiennent un nouveau plan ambitieux pour protéger la moitié de notre planète, et restaurer l’harmonie avec la nature.

« Nous sommes en train de jouer avec la capacité de notre planète à nous maintenir en vie. Pourtant la crise de la biodiversité n’est pas une priorité politique! Si nous sommes assez nombreux à participer, nous pouvons changer cela », ces propos sont rapportés Avaaz, la célèbre équipe environnementaliste d’Avaaz.

Pour les scientifiques, la meilleure manière de sauver nos écosystèmes — et de 80 à 90% des espèces — serait de leur offrir l’espace de s’épanouir, et de laisser la nature se régénérer. L’objectif de 50% de protection peut sembler ambitieux; mais il est en réalité tout à fait viable, et certainement notre meilleure solution pour préserver la grande et complexe trame de la vie.

Pour faire décoller ce plan, nous devons montrer à nos gouvernements que l’immense majorité des citoyens veut voir 50% de la nature protégée de la déforestation, des énergies sales, de la surpêche et de l’agriculture industrielle. Commençons aujourd’hui avec une grande pétition pour 50% de protection, et maintenons la pression jusqu’à la victoire!

Faites entendre votre voix avant que le silence ne s’abatte sur Terre

Les gouvernements se réuniront bientôt pour discuter de notre réponse à cette crise. Si nous faisons résonner nos voix à l’unisson derrière l’objectif de 50% de protection, nous pouvons les amener à empêcher la prochaine extinction de masse.

Être si déconnectés de la nature montre bien les limites de notre sagesse. Mais il n’est pas trop tard: nous pouvons gagner en discernement. C’est notre plus grand espoir, ancré dans la trajectoire déjà amorcée par notre formidable mouvement, et qui nous a permis de remporter l’accord de Paris pour le climat. La protection de 50% de notre planète est à portée de main: rassemblons-nous, montrons la voie, et restaurons l’harmonie entre les humains et la nature.

 

 

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles