Environnement : L’Esperanza rejoint la campagne de Greenpeace Afrique en RDC pour sauver les forêts du Bassin du Congo

L’Esperanza, le plus grand navire de la flotte de Greenpeace (www.Greenpeace.org), se trouve actuellement en République Démocratique du Congo, dans le cadre de sa tournée sur les côtes des pays d’Afrique Centrale, indique le communiqué de l’Agence APO parvenu à www.lactuacho.com.

« Donne une chance aux forêts du bassin du Congo », c’est le message qu’il apporte et également le thème principal de cette tournée qui a commencé au Cameroun et prendra fin en République du Congo le 10 novembre.
L’Esperanza a accosté le mardi 24 octobre au port de Boma, dans la province du Kongo Central, et va sillonner les eaux du fleuve Congo pour poser l’ancre au port de Matadi pendant près de dix jours, du 26 octobre au 3 novembre. Il quittera la RDC le 4 novembre à destination de Pointe-Noire, en République du Congo.

Durant son séjour à Matadi, le navire servira de cadre à différentes activités de mobilisation pour la protection du Bassin du Congo. Les décideurs politiques, les donateurs, la société civile et les communautés vont se réunir sur une même plateforme afin d’échanger sur une nouvelle approche de la gestion forestière qui bénéficie à la forêt, aux communautés et au climat dans le monde entier, nous dit-on.

Le bassin du Congo, qui abrite la deuxième plus grande forêt au monde après l’Amazonie, fait face à plusieurs défis en matière de justice environnementale. L’exploitation forestière et l’agriculture industrielle ont un impact négatif sur ses forêts, mais aussi sur les communautés locales et peuples autochtones dont les cultures, les habitats et les moyens de subsistance sont détruits.

Dans ces trois pays d’Afrique Centrale, la tournée de l’Esperanza cherchera à établir que, par l’engagement public et politique et actions directes, la justice économique, sociale et environnementale est intrinsèquement liée. Aussi, l’autonomisation des personnes et l’amplification des voix des marginalisés sont des conditions préalables à l’établissement d’une justice environnementale en Afrique et pour le climat.

« A travers l’Esperanza, nous voulons démontrer l’importance de cette forêt et des communautés qui en dépendent, leur biodiversité, l’importance de faire de ces derniers des partenaires égaux en matière de gestion forestière, ainsi que leur contribution exceptionnelle à la protection de notre climat renforcé par la découverte des tourbières qu’elle abrite », a expliqué Irène Wabiwa, Senior Forest Manager à Greenpeace Afrique.

Selon toujours le communiqué, la présence de l’Esperanza au port de Matadi sera également l’occasion de mettre en valeur les richesses de la forêt du bassin du Congo et de porter un message fort pour sa protection, à travers une série d’activités qui seront organisées avec la participation d’un grand nombre d’acteurs impliqués dans la problématique de la protection de l’environnement et changement climatique.

Les communautés locales et peuples autochtones seront particulièrement au-devant de la scène et parleront de leurs situations, de leurs défis et de leur espoir avec un message clé adressé aux décideurs politiques et bailleurs de fonds à savoir: « Ensemble, investissez dans les initiatives de foresterie communautaire pour une gestion durable de nos forêts ».

« La RDC a un rôle crucial dans les négociations climatiques et la venue d’Esperanza dans ce pays est l’opportunité d’approfondir particulièrement l’engagement des décideurs politiques et des donateurs à protéger les forêts du Bassin du Congo essentielles dans leur contribution à la régulation climatique. Des signaux forts devraient être donnés par la RDC alors que la COP23 s’ouvre à Bonn le 6 Novembre prochain », a déclaré Victorine Che Thoener, Responsable projet du Bassin du Congo à Greenpeace Afrique.

Greenpeace Afrique espère que la présence de l’Esperanza dans la région augmentera le niveau des préoccupations et aidera à mieux comprendre les menaces ainsi que les priorités à prendre en compte pour protéger les forêts du bassin du Congo et promouvoir les droits des communautés.

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles