Entre Gackou et Niasse, le cœur de ces jeunes progressistes ne balance pas, ils votent Gackou…

Niasse Coumba Abdallah a bien du souci à se faire ! Il y a scission chez les élèves et étudiants progressistes qui ne cautionnent pas la nouvelle ligne tracée par leur patron Moustapha Niiasse en clouant au pilori «la résolution malheureuse, inopportune et non concertée publiée au sortir de cette rencontre tristement célèbre» du bureau politique du 10 mars 2014. Depuis, disent ces contestataires, l’Afp offre «un spectacle désolant» qui a culminé par l’exclusion de 11 militants de l’Afp dont le N°2 El Hadji Malick Gakou, le Secrétaire général national des jeunes Malick Guèye et l’ancien Secrétaire général de l’Aneep Ababacar Fall.

Selon eux, «cette forfaiture, orchestrée à l’Assemblée nationale entre les cabinets du président (Niasse-Coumba-Abdallah) et du ministre Alioune Sarr en violation flagrante des statuts et règlement intérieur de l’Afp a pour objet de laisser libre cours à la volonté du Secrétaire général de ligoter ce grand parti et de l’offrir (à SMS) moyennant le poste de président de l’Assemblée nationale».
Mais disent ces élèves et étudiants progressistes, cette décision «n’engage que ceux qui l’ont prise». Ils fustigent «le comportement de (Niasse-Coumba-Abdallah) d’autant plus surprenant que l’Afp n’est pas bien servie dans le gouvernement conformément à son rang».

Pis, dénoncent-ils, «l’Apr n’a pas hésité à trahir notre confiance et nous délester de plus de 400 élus locaux lors des dernières élections locales, sous le regard complice de (SMS). A titre d’exemple, on peut citer les départements de Nioro et Kaolack que l’Afp contrôle depuis sa création».

Forts de tout cela, ces élèves et étudiants progressistes appellent leurs «camarades, exclus comme non exclus à se réunir autour de Malick Gakou qui demeure l’incarnation de cet espoir qui a suscité la création de l’Afp».

Eux, ont déjà choisi leur camp en désignant «Malick Gakou comme candidat des élèves et étudiants de l’Afp aux élections présidentielles à venir».

Source ‘’Le Populaire’’

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles