Energie renouvelable : Kaboré et Macron inaugurent la plus grande centrale solaire de l’Afrique de l’ouest

Un projet innovant qui permettra de fournir de l’électricité à 660 000 personnes dans le pays, a été inauguré par M. Emmanuel Macron, Président de la République française, et M. Roch Marc Christian Kaboré, Président du Burkina Faso, à Zagtouli ce 29 novembre 2017.

Il s’agit de la plus grande centrale solaire d’Afrique de l’Ouest, un projet financé par le Gouvernement burkinabè et par un don de l’Union européenne de 25 millions d’euros (environ 16,4 milliards FCFA), accompagné d’un prêt de 22,5 millions d’euros (environ 15 milliards FCFA) de l’Agence Française de Développement (AFD), nous apprend un communiqué de l’Agence 35° Nord.

Dans un pays où l’énergie est insuffisante et coûteuse, le Burkina Faso, la France et l’Union européenne ont uni leurs efforts pour réaliser ce projet d’envergure. Avec ses 129 600 panneaux solaires sur une superficie de 60 hectares, l’équivalent de 84 terrains de football, la centrale solaire de Zagtouli permettra de fournir de l’énergie propre à 660 000 personnes tout en réduisant par quatre le coût de production.

La mise en service de cette centrale représente un gain d’émissions de 26 000 tonnes de CO2 par an. Sa construction, réalisée par l’entreprise CEGELEC (groupe Vinci) et des entreprises locales a duré à peine plus d’un an et a mobilisé jusqu’à 400 employés. La centrale sera à terme exploitée par la société nationale d’électricité (SONABEL).

Ce projet, nous dit-on, répond aux priorités fixées par le Gouvernement burkinabè dans le cadre du Plan National de Développement Économique et Social (PNDES) et aux engagements pris lors de la COP 21.

La centrale solaire de Zagtouli est le premier jalon d’un vaste programme de développement de la production d’énergie solaire au Burkina Faso avec l’objectif de fournir d’ici 2020 plus de 100 MW d’énergie solaire sur le réseau du Burkina Faso, soit environ 30% de la production totale du pays.

Cette inauguration précède de quelques semaines la mise en service d’une autre infrastructure majeure financée par l’Union européenne (FED et BEI), la Banque mondiale et la France : l’interconnexion avec le Ghana qui permettra au Burkina Faso de disposer d’une nouvelle source d’énergie fiable et peu coûteuse au bénéfice des populations qui verront une amélioration importante du service d’électricité.

L’Union européenne et la France poursuivront leur soutien à cette politique et leur engagement pour le développement durable du Burkina Faso et contre le changement climatique dans la région du Sahel

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles