élaboration des listes des candidats : les mains sales d’Ould Abdel Aziz

Le titre relatif à l’élaboration des listes des candidats objet de la note présentée par AOHR Mauritanie adressée à la Présidente de la Commission de l’Union Africaine chargée de l’observation des élections en Mauritanie a attiré mon attention.

Cette note consacrée aux irrégularités qui ont marqué les élections parlementaires, communales et régionales.

Elle mentionne en particulier la candidature d’étrangers et de personnes recherchées par la justice au sein des listes de l’Union pour la République (UPR) pour ces échéances nationales hautement symboliques au su et au vu de l’Etat. J’ai été beaucoup étonné comme tous ceux qui ont suivi les élections de 2018.

L’adage dit : si l’on sait la cause, il n’y plus lieu d’étonnement.  Prenons le cas de la candidature du combattant sahraoui qui a été imposé à Fderick. Son nom et son immatriculation figurent aujourd’hui même sur les registres de l’armée sahraoui et il continu à percevoir ses droit dans cette armée.

L’exclusion de Khadad Ould El Moctar de la candidature par l’UPR. Les pressions exercées sur Mme Naha Mint Mouknass et les menaces d’amande qui pèsent sur son Frère Ahmed pour le simple motif que l’UDP aurait voulu rivaliser avec un combattant sahraoui. Ce qui a contraint le parti à retirer la candidature d’Ould EL Moctar à la dernière minute sans motif valable.

Nous savons que la tribu dudit combattant sahraoui compte beaucoup de compétences et cadres nationaux qui n’ont jamais combattu dans les rangs d’une armée étrangère et dont l’ex député El Wennan Ould Bebih qui est compté parmi les dignitaires de cette tribu.

Vu la persistance de Cheikh Ould Baya de les exclure et de présenter le combattant El Hadramy Ould Hmadi, nous pouvons déduire qu’il y un complot dont les acteurs sont le combattant sahraoui et le lieutenant-colonel retraité Cheikh Ould Baya qui sont liés par des relations suspectes qui comprennent la surveillance des mouvements de l’Ex Président Ely Ould Mohamed Vall dans les brousses du Tiris Zemour.

C’est ce qui explique l’exclusion de cadres de l’UPR et les pressions exercées à l’encontre de citoyens qui ont voulu exercer leur droit à la rivalité électorale. C’est d’ailleurs l’objet de l’article de Mohamed Ould Bouamatou sous le titre Appel à la lutte contre la tyrannie, dans lequel il parle des abus du système d’Ould Abdel Aziz et les mains sales qu’il utilise.

Ould Baye est l’une de ces mains sales. Il ne s’est pas contenté de mépriser les élites de l’UPR de manière générale et les élites du nord en particulier et la pulvérisation de leurs efforts en se présentant candidats avec ses compagnons qui n’étaient pas membres du parti au moment de leur candidature-

Il est allé plus loin en méprisant la nation toute entière en humiliant le peuple mauritanien et ses institutions militaires et sécuritaires en tenant à présenter à la candidature un sahraoui qui était sous les drapeaux dans l’armée populaire sahraoui jusqu’en 1991 avant de travailler dans le Croissant Rouge Sahraoui à Oran, Algérie.

Il a été ainsi récompensé par l’une des mains sales d’Ould Abdel Aziz à la suite de sa surveillance des mouvements de l’Ex Président Ely Ould Mohamed Vall dans les brousses du Tiris Zemmour. Ce qui réconforte la thèse d’Ould Bouamatou à propos de la mort suspecte de l’Ex Président Ely Ould  Mohamed Vall dont le cercueil a été emmené à F’deirick par une ambulance de l’armée sahraouie avant sa mise dans la morgue de l’hôpital de Zouerate.

La marche à petit pas vers le troisième mandat a commencé à dévoiler les mains sales d’Ould Abdel Aziz.  Ne vous étonnez pas s’il y a une forte lutte entre ces mains pour conserver leur rôle. La redistribution des rôles pour faire accepter le troisième mandat et le manque de confiance entre les hommes du président va aiguiser la lutte, chacun tend à conserver son rôle et ses intérêts personnels.

Ce qui va faire chuter le régime d’Ould Abdel Aziz basé sur des personnages de carton dont la plupart sont dépourvues de relations étrangères pour faire la promotion de ses politiques et dépourvues d’assises sociales et donc incapables de mobiliser les masses comme l’ont montré les élections de 2018. Ses hommes n’ont pas non plus le profil qu’il faut pour gérer les affaires publiques.

Dans le cadre de la série des mains sales d’Ould Abdel Aziz, nous aborderons la semaine prochaine de ces mains sales, il y a ce qui sont permanents et tandis que d’autres sont utilisés pour des tâches ponctuelles.

Vous allez comprendre pourquoi l’UPR a exhorté ses conseillers municipaux à  recommander la candidature de Biram Ould Dah Ould Abeidi pour les présidentielles de 2014. Comment Ould Abdel Aziz l’a exploité pour affaiblir le mouvement EL Hor au moment où il y a plusieurs activistes sur le terrain qui sont beaucoup plus compétents que lui.

Et qu’elle est le personnage superficiel le ministre des finances Ould Diaye ? Quel rôle secret joue El Ghassem Ould Bellali et sa lutte contre Ould Baye pour des intérêts égoïstes. Comment Ould Abdel Aziz a tourné la veste à Tawassoul quand celui-ci a dépassé le seuil qui lui est réservé, ce parti qu’il avait utilisé par le passé pour diviser les rangs de l’opposition.

Mohamed Ould Meida

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles