ÉDUCATION NUTRITIONNELLE : 260 femmes alphabétisées par l’Unesco

Dans le but de sensibiliser leurs clientes et clients dans les marchés à avoir une éducation nutritionnelle adéquate et de promouvoir un mode de vie saine, 260 femmes commerçantes ont été alphabétisées par l’Unesco et certains de ses partenaires. Cette formation va les permettre d’apprendre à lire et à écrire afin d’améliorer la qualité de vie des consommateurs.

En Afrique subsaharienne en général et au Sénégal en particulier, la majorité des populations ne savent pas écrire ni lire, alors qu’elles occupent des rangs très importants dans la vie socio-économique, comme le commerce. Pour ce faire pour rendre ce sous secteur économique plus attrayant afin de sensibiliser les clientes et clients à avoir une éducation nutritionnelle plus adéquate et un mode de vie saine, l’Unesco et ses partenaires, après avoir formé 260 femmes à apprendre à lire et à écrire, dans le cadre de l’alphabétisation, ont décidé rééditer cette année en formant autant de femmes dans les marchés en Afrique de l’Ouest et du Centre. Cette initiative permettra de sensibiliser les clientes sur la cuisine africaine contemporaine, tout en leur conseillant de ne pas utiliser du sel en mettant les cubes dans la sauce. Pour le cas du Sénégal, qui ne fait pas partie de cette tranche, va bientôt bénéficier d’une formation avec l’accord de l’Unesco.

Selon Patricia Ekaba, Directrice de la communication institutionnelle et affaires publiques de Nestlé, ces genres de projet pour qu’ils puissent aboutir, il faut une préparation de un à deux ans. « Lorsque nous serons engagés avec les partenaires, nous allons revenir là dessus », a-t-elle déclaré. Mme Ekaba s’exprimait en marge de la présentation de la plateforme « Yélo Péppé » (Piment jaune en Anglais) qui est une création originale de la marque Maggi. Elle illustre la raison d’être de la compagnie à améliorer la qualité de vie et à contribuer à un avenir plus sain. « C’est une plateforme aussi riche où on trouve une série dramatique unique d’éducation nutritionnelle en ligne pour célébrer la cuisine africaine contemporaine. Mais aussi elle permet de mettre en exergue des recettes africaines équilibrées, des astuces pour manger bien et bien vivre et des discussions autour des sujets de la vie quotidienne en Afrique », a-t-elle expliqué.

C’est aussi un moment de recueillir les avis des autres sur la plateforme. Ainsi des millions de femmes sont inspirées dans le continent noir à utiliser des ingrédients locaux pour préparer des repas savoureux pour leurs familles. Ce projet a rassemblé cinq pays. Deux pays anglophones, deux pays francophones et un parle qui parle les deux langues à l’occurrence le Cameroun avec des feuilletons diffusés en Français et en Anglais sur le net grâce à l’accord signé Google et You tube pour la transmission. Ce qui a permis à enregistrer 7 millions de vues uniquement au Sénégal et de vulgariser la promotion du mode de vie saine en créant de la valeur partagée. Pour le Sénégal, où on consomme beaucoup de sel, des mesures ont été prises l’année dernière pour essayer d’améliorer la teneur en sel. Des engagements ont été pris dans ce cadre pour sensibiliser les populations à vivre sain. Il s’agit d’utiliser des ingrédients plus familiers et plus communs, à améliorer le profil nutritionnel de nos produits en réduisant les taux de sel et de sodium et en les fortifiant en fer. Mais aussi, il s’agit de créer plus de valeur pour notre société et notre communauté en augmentant l’approvisionnement local et en développant des économies locales, tout en promouvant une cuisine, une alimentation et un mode de vie sains. Il est également prévu la réduction du taux de sel de 22% dans les cubes et tablettes d’ici 2020.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles