Economie mondiale : De bonnes perspectives de croissance dans les pays avancés

La Direction de la prévision et des études économiques (Dpee), dans son document intitulé : « Point mensuel mars 2015 », note de bonnes perspectives de croissance dans les pays avancés.

 

« Après avoir été substantiellement portée par les pays émergents et en développement au cours des précédentes années, la dynamique de l’expansion économique mondiale serait en passe de changer de locomotive en 2015, avec l’accélération de la croissance prévue dans les pays avancés,  notamment anglo-saxons », renseigne la Direction de prévision et des études économiques. (DPEE).

La croissance des pays développés

D’après la source, le rythme de  progression de l’économie des pays développés devrait être plus rapide que celui des pays en développement, quand bien même le niveau de croissance de ces derniers serait encore plus élevé.

La DPEE précise que : « Selon les estimations du FMI de janvier 2015,  les pays avancés devraient voir leur PIB augmenter de 2,4% cette année, retrouvant ainsi leur niveau de croissance le plus élevé depuis 2010. En revanche, l’expansion des économies émergentes et en développement ralentirait et ne dépasserait pas 4,3% en 2015,  soit un niveau nettement en retrait par rapport à celui de 2010  (7,5%) ».

Dans les pays développés,  la Dpee énonce que le recul des cours des matières premières, et notamment celui du pétrole, offre une bouffée d’oxygène à l’activité économique, avec le pouvoir d’achat des ménages qui augmente et les coûts de production des entreprises qui diminuent.

Celle des Etats-Unis du et Royaume-Uni

Elle note qu’aux Etats-Unis et au Royaume–Uni, la reprise semble enclenchée, portée principalement par la hausse de la consommation et de l’investissement des entreprises et la baisse du chômage. Et  les taux de croissance sont respectivement prévus à 3,6% et 2,7%.

En zone euro, la Dpee souligne que l’économie bénéficie grandement de la baisse du cours mondial du baril,  dans un contexte marqué par le repli de la  monnaie unique et la faiblesse des taux d’intérêt.

« En 2015, la zone euro devrait connaître une croissance acceptable de 1,2%,  tirée par la nette reprise en Espagne, le redémarrage progressif en France et en Italie et la consolidation en Allemagne.  A l’inverse, dans les pays émergents et pays  en développement, le rythme de croissance de l’activité devrait ralentir dans presque toutes les zones, du fait notamment de la moindre demande en produits de base, avec comme corollaire la baisse des cours », renseigne-t-on dans le document.

Ralentissement dans les économies émergentes

Dans les principales économies émergentes, la source note que le ralentissement de l’activité serait, en partie, lié notamment à la  morosité des échanges extérieurs.

« En Chine, l’activité économique continue de ralentir et affiche un taux de 6,8% en 2015, après 7,4% en 2014. En Russie, à cause principalement de la chute des cours du pétrole et des sanctions liées à la guerre en Ukraine, l’économie devrait tomber en récession, avec une croissance de -3,8% après 0,6%. Au Brésil, l’activité souffrirait de la baisse des cours des matières premières et devrait régresser de 1,0% cette année. Seule l’Inde semble sortir indemne de la crise et devrait voir son PIB augmenter de 7,5% après 7,2% en 2014 », poursuit-on dans le document.

 

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles