Eau et Assainissement : Quatre communes de Dakar harmonisent leurs outils pour la mise en place d’un rapport unique

Avec tous les problèmes connus ces derniers temps dans le secteur de l’eau et de l’assainissement dans la région de Dakar, il est temps de procéder à un audit du secteur. Raison pour laquelle, des animateurs de comités issus de quatre communes de la région de Dakar se réunissent depuis hier et pour deux jours afin d’harmoniser leurs outils de collecte pour mettre en place un rapport qui sera représentatif pour toute la région.

Dans le cadre du projet de la promotion du contrôle citoyen et du droit à l’eau et à l’assainissement au Sénégal financé par l’Union européenne à hauteur de plus de 114 millions F CFA, des animateurs de comités issus de quatre communes de la région de Dakar, subissent depuis hier une formation de renforcement de capacité des Organisations de la société civile pour promouvoir la redevabilité et la transparence dans la gouvernance du secteur de l’eau et de l’assainissement. Il s’agit des communes de Grand Dakar, Dalifort, Médina Gounass et Rufisque Ouest à qui ce projet qui va permettre accroître et de renforcer leur implication dans la gouvernance du secteur de l’eau et de l’assainissement qui est un secteur qui soulève beaucoup de débats ces derniers temps avec les problèmes d’accès à l’eau.

Ce projet qui a une durée 18 mois et piloté par les Ong Paisc et Cospe, est une occasion pour les acteurs de creuser et de vérifier si les chiffres annoncés par l’État du Sénégal sur l’accès à l’eau dans la capitale et ses environs sont une réalité (92 % d’accès à l’eau à Dakar urbain et à Rufisque selon l’Ansd). C’est ce qui à l’origine de la tenue cette formation destinée aux animateurs qui vont descendre sur le terrain et aller à côté des populations pour voir un peu, pour jauger le niveau de vécu de la réalité quotidienne du niveau de satisfaction en rapport avec le service public d’eau et de l’assainissement, parce que les chiffres annoncé par l’enquête de l’Ansd ne reflète pas la réalité quotidienne. En effet, il ne se passe pas un jour où les citoyens ne se lèvent pour dénoncer les difficultés de l’accès à l’eau dans certains quartiers de Dakar.

« Raison pour laquelle, nous comptons aller sur le terrain faire une recherche participative en utilisant des outils expérimentés pour permettre aux citoyens eux-mêmes de mesurer leur degré de satisfaction sur la qualité de l’eau », a déclaré Seydou Ndiaye, président de l’Ong Paisc. Ceci, précise-t-il, « permettra de dialoguer autour de connaissances, d’informations factuelles produites par les citoyens non pas pour les opposer aux chiffres produits par le gouvernement, mais créer les conditions d’une discussion autour de la réalité à l’accès à l’eau et à l’assainissement dans la région de Dakar ». Ce projet qui est en sa deuxième phase, a pour objectif de renforcer les capacités techniques des animateurs pour une mise en œuvre réussie du processus d’audit social de la gouvernance du secteur de l’eau et de l’assainissement dans les quatre communes. Mais aussi, il permet de partager et d’harmoniser les outils de collectes conçus pour permettre aux animateurs des quatre comités de conduire les opérations sur le terrain afin d’adopter la même démarche pour qu’à la fin les rapports produits puissent être comparés et même consolidés pour donner un rapport assez représentatif de la région de Dakar.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles