Du pas net autour d’un business : Les dessous du mannequinat qui font froid au dos

Aujourd’hui, le mannequinat est  vu d’un mauvais œil par pas mal d’individus qui pensent que le métier rime avec prostitution. Certaines jeunes filles mannequins évoquent sans gêne leur compagnonnage avec les homosexuels et lesbiennes tout en estimant qu’ils sont condamnés à travailler ensemble. Des témoignages  poignant qui font froid au dos.

La « promotion canapé », une pratique qui marche fort dans le métier !

C’est dans une ambiance décontractée qu’un groupe de cinq mannequins accepte d’échanger sur leur métier qui suscite beaucoup d’interrogations. Autour d’une table avec quelques verres remplis de jus d’orange, les mannequins évoquent à cœur ouvert les expériences vécues. Dans ce fast food, les clients entrent tandis que d’autres ressortent après  avoir fini de manger ou de boire. Pour rendre l’atmosphère plus gaie, le gérant a mis une chanson de Pape Diouf, leader de la génération consciente qui chante : « Fougnouye Dadié, Nirvana ». Certains clients semblent apprécier la musique, ils haussent la tête ou font bouger des jambes.

A ce moment précis, les bruits des assiettes vides viennent se mêler à ceux faits par les tenants de la cuisine qui tapent fort sur la table pour fabriquer un « chawarman ».

« Vous savez dans tout métier, il y a des brebis galeuses. Elles acceptent certaines choses, uniquement pour de l’argent ou pour une promotion. J’ai tellement reçu beaucoup  de propositions indécentes que j’ai refusées. Et ceci de la part de personnalités », souligne Penda, jeune fille âgée plus d’une vingtaine d’années.

Elle poursuit : «  Ce que j’ai refusé, il y a des filles mannequins qui l’ont accepté. Elles ont accepté de coucher avec des célébrités, des personnalités et des patrons de magazine pour de l’argent ou pour une promotion. Je crois que les filles doivent être vigilantes car le métier renferme beaucoup de pièges ».

Ndéye Sophie, une autre femme mannequin de raconter sa mésaventure avec une grande célébrité du monde de la mode.

« Nous évoluons dans un métier très dangereux qui comporte beaucoup de risques. Pour rien au monde, Je n’accepte pas certaines choses qui peuvent ternir mon image. Aujourd’hui, il y a des mannequins qui acceptent de faire du n’importe quoi pour être au devant de la scène. Ma propre copine qui est mannequin comme moi, couche avec des célébrités pour de l’argent et pour une promotion », témoigne la ravissante Ndeye Sophie, une noirceur d’ébène avec une taille de liane.

Dans ce métier, beaucoup de jeunes filles font de la prostitution déguisée. Elles se cachent derrière le mannequinat pour mener le plus vieux métier.

« Je me suis séparé de beaucoup de mes mannequins parce qu’elles se livraient à la prostitution à mon insu. Un jour, j’ai surpris une conversation de trois filles qui étaient dans mon agence. Elles parlaient entre elles en disant  qu’elles trompent la vigilance de leurs parents en leur disant qu’elles ont un défilé pour pouvoir vaquer à leurs occupations. Ce qui m’a beaucoup fait mal, c’est le jour où une grande personnalité m’a appelé pour me dire de lui filer des filles. En fait, l’homme voulait passer de bons moments avec ces dernières mais je lui ai dit de ne plus m’appeler pour ces genres de choses car mon agence n’est faite pour ça. A ma grande surprise, l’homme m’a avoué que des filles de mon agence le fréquentent en me donnant des noms. Après moult investigations, les filles concernées me disent qu’elles bénéficient des largesses de ce monsieur qui, à coup sûr ne fait rien gratuitement. C’est ainsi que j’ai pris la décision de les renvoyer », confie un responsable d’agence de mannequinat.

Cette forme de prostitution qui se fait dans la plus grande discrétion, porte un sacré coup au métier de mannequinat qui est considérée comme beaucoup de personnes, une voie vers la débauche.

« Je suis photographe professionnel. Durant les défilés, je prends en photos beaucoup de mannequins qui me courent derrière. Il arrive parfois que je leur fasse une vingtaine de photos. Beaucoup d’entre elles veulent que je leur fasse un album en échange d’une partie de jambes à l’air. Beaucoup de mannequins acceptent de coucher pour obtenir leurs photos. Elles le font sans gêne », témoigne  un photographe professionnel d’un grand magazine de la place.

Il poursuit : «  Je connais le milieu du mannequinat comme ma poche, beaucoup de filles y font du n’importe quoi. Elles font de la prostitution déguisée. Dans ce milieu, l’argent coule à flot. Il en est de même pour la drogue et l’alcool. Certaines filles sont même prêtes à coucher pour une promotion ou pour se faire un nom dans le milieu. Elles courent derrière les photographes comme ce n’est pas possible ».

Cependant certaines filles mannequins se défendent.

« On raconte du n’importe quoi sur les mannequins. Pourtant le mannequinat est comme les autres métiers. Il y a des filles qui exercent ce métier, uniquement pour de l’argent et pour être célèbre. C’est ce qui les pousse parfois à la prostitution déguisée. Par contre, il y a des filles très correctes, elles exercent le métier sans problème. Elles s’occupent uniquement de leur travail. Et une fois qu’elles terminent leur job, elles rentrent tout bonnement chez eux. Ce sont des filles de vertu. Je fais le mannequinat sans me prostituer. Je reçois des propositions indécentes mais je remets à leur place leurs acteurs », souligne Maty, jeune fille évoluant dans le mannequinat depuis deux années.

Homosexuels et lesbiennes, les confidences des mannequins 

Dans le milieu du mannequinat, beaucoup de maquilleurs qui s’occupent des mannequins dans les coulisses, sont des homosexuels. Ces confidences de jeunes filles mannequins en disent long sur ce qui se passe dans les coulisses durant les défilés.

Elles sont nombreuses à avouer que les hommes et femmes qui s’occupent de leur maquillage, sont soit des homosexuels ou des lesbiennes.

« Le milieu du mannequinat est infesté d’homosexuels et de lesbienne. Beaucoup d’hommes qui s’occupent de nos maquillages, sont des homosexuels. Un jour, un des maquilleurs qui s’occupait de mon maquillage, s’est mis subitement à pleurer et lorsque je lui ai demandé, il m’a dit que son copain vient de le quitter pour un autre homme. Je suis restée bouche bée pendant quelques secondes. Il m’a dit qu’il est homosexuel et qu’il est très amoureux de son petit copain qui l’avait quitté pour un autre homme », confie une fille mannequin.

Les dessous du métier du mannequinat font froid au dos car beaucoup de choses qui s’y déroulent, sont méconnues du grand public. Avec de telles pratiques, il y a de quoi à avoir peur.

« Nous sommes condamnées à travailler avec les homosexuels qui font d’excellentes choses pour nous rendre belles et attrayantes. Quand un homme travaille dans un milieu où il n’y a que des femmes, facilement il peut devenir efféminé et il a fort à craindre qu’il vire dans l’homosexualité. La plupart des maquilleurs sont des homosexuels et ils se confient à nous. A force de travailler avec eux, on finisse par devenir des amis. Parfois un de mes amis qui est homosexuel, me passe au téléphone son petit copain pour discuter. Son petit copain me dit tout le temps que l’homosexualité est  mal vue dans notre pays, c’est  pourquoi la discrétion est de mise dans leur milieu. Vraiment cela m’étonne beaucoup », confie une autre fille mannequin.

Une autre fille, évoluant dans le milieu de raconter sa mésaventure.

« C’est la responsable de la structure chargée de nous maquiller durant nos défilés qui me faisait des avances. C’est une femme mariée mais elle m’a dit qu’elle est aussi lesbienne. Comme nous avons l’habitude de nous déshabiller dans les coulisses, elle m’a remarqué et elle a pris mon numéro. Un jour, elle m’a invité au restaurant en me disant que quelqu’un voulait une fille pour une publicité. A ma grande surprise, elle me faisait des avances que j’ai déclinées gentiment. Je lui ai fait savoir que je ne suis pas lesbienne et ces genres de pratiques ne m’agréent pas ».

Pape  Dia

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles