Drôlerie du tribunal de Pikine, le français massacré comme pas possible par un élève de la terminale

Segnhor, notre président-poète n’a pas dû se sentir seul dans son malaise, car même Victor Hugo a dû se retourner dans sa tombe un nombre incalculable de fois.

Hier, lors du procès au tribunal de Pikine, qui opposait Thierno Khalilou Thioye à Mamadou Ngom, le premier nommé, élève en classe de Terminale a commencé à répondre en français aux questions de la présidente.

D’après ‘’ Le populaire’’, c’est ce qui fait que cette dernière lui a demandé à s’il comprenait le français. Ce dernier a alors répondu par l’affirmative.

L’élève a commencé à relater les faits, usant d’un français peu compréhensible, utilisant tout le temps l’auxiliaire avoir à la place de l’auxiliaire être (j’ai tombé).

N’en pouvant plus, Mme la présidente lui a dit : « on ne dit pas j’ai tombé, mais je suis tombé ».

La partie civile, Mamadou Ngom a fait pire, s’expliquant dans un jargon incompréhensible, alliant le geste à la parole.

C’est alors que l’avocat du prévenu leur a posé des questions en wolof qu’ils comprennent mieux, ce qui fait que le reste du débat s’est poursuivi en wolof.

Dans sa plaidoirie, l’avocat a plaidé pour une application bienveillante de la loi pour son client, car étant un élève de Terminale, « même s’il massacre à volonté la langue de Molière », rapporte toujours   »Le Populaire ».

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles