Direct Info dans le noir (Sénélec) et le gouffre (financier) : L’histoire semble malheureusement donner raison aux syndicalistes-maison

Nos confrères de Direct Info, (l’ex propriété de Baba Tandiang cédée à Cheikh Amar) étaient aux abonnés absents du paysage médiatique de ce lundi. Grand fouineur, Lactuacho.com en essayant d’en savoir le pourquoi est tombé sur des révélations renversantes.

Le journal n’est pas sorti parce que la Sénélec, pour une facture ou des arriérés (l’info n’a pas été précise), leur a coupé le jus, nous dit une source proche de la boite.

Mais là où cela devient cocasse, c’est quand sur un ton taquin, votre serviteur lui a dit qu’ils sont en train de  »salir » le nom du richissime affaire, Cheikh Amar.

Comme si on lui tapait sur les nerfs, notre source, de nous demander : « Est-ce que  tu sais ce que nous vivons ? »

« A ce jour une bonne partie d’entre nous n’a pas encore reçu son salaire du mois passé ! Nous n’avons reçu que 50 000 FCA pour la fête de la tamkharit et un autre mois se meurt  ! ».

Une autre source que nous avons interrogée, non seulement confirme l’info du retard des salaires, mais en rajoute une couche à l’allure de gaz lacrymogène :

Le logeur du journal leur a récemment envoyé un huissier, pour leur réclamer deux mois d’arriérés de loyer.

Une couche qui semble donner raison aux syndicalistes qui décriaient la gestion de leur DG, Pape Diogoye Faye, à moins que ce ne soit le Big Boss Amar qui n’est plus aussi liquide qu’avant.

cheikh-amar-

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles