Développement économique de la zone UEMOA Les investisseurs de la conférence de Dubaï en tournée dans la sous-région

Parmi les 17 projets présentés par l’UEMOA, le  Sénégal  bénéficiera  quatre programmes à savoir la Construction du second pont à Ziguinchor, la Réhabilitation et construction du Chemin de Fer Dakar-Bamako-Ouagadougou, Construction de postes de contrôle juxtaposés à M’Pack, à la frontière avec la Guinée Bissau.A cela s’ajoute la construction  des lignes électrique  haute tension  225 KV  sur les  axes  Kaolack –Tambacounda – Kédougou ; Tambacounda  – Bakel  et Tambacounda – Kolda – Ziguinchor.

Le Sénégal  a ainsi reçu  ce  jeudi  une délégation  des investisseurs de la conférence de Dubaï.  Cette  tournée dans les pays de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) fait suite  à la conférence internationale sur les opportunités d’investissements dans l’espace communautaire organisée le 09 septembre 2014 à Dubaï.

Selon Christian Adovelande,  président de la  Banque  ouest  africaine  de développement ( BOAD) , le projet  1  porte  sur la réhabilitation  et la construction  de l’axe ferroviaire  Dakar- Bamako -Sikasso – Bobo Dioulasso  sur  un  linéaire  total  de 1793 km.

A l’en croitre ,  ce projet d’un coût  estimé  à  1750  milliards de F Cfa, vise à  contribuer  à l’inter connexion des réseaux ferroviaires  de l’Union  en reliant  les pays de  l’hinterland  aux pays  côtiers ( intégration  régionale) ,
à augmenter  les échanges  communautaires  et relier  des zones  de grande production minière  et agricole .

Concernant,  le deuxième , le président de la BOAD  soutient  qu’ il  a pour  objet , la construction  du second pont  de Ziguinchor  sur  640 mètres  linéaires ( Ml) , de Bailla  et de Diouloulou  respectivement  sur  120  Ml.

Il permettra  d’assurer  le fonctionnement  des corridors  et le  désenclavement  des régions concernées  ainsi que la sécurisation  des transports  de personnes  et de marchandises . Son coût  ressort  à  43 milliards  de FCFA.

« Le  projet 3  consistera  à construire  à la frontière  avec la Guinée Bissau  sur l’axe  communautaire  Cu 1 ( côtière )  de  l’UEMOA , le  poste  de contrôle  juxtaposé  de M’Pack . Celui-ci permettra  se simplifier  et accélérer  les procédures  douanières , réduire  les coûts  et le temps  de passage  à la frontière  et  à  améliorer  le contrôle sanitaire  et des charges  à l’essieu .

Son coût  est estimé  à  quatre  milliards  de FCFA. D’après M. Adovelande  le quatrième projet  4  a pour  but la construction  des lignes électrique  haute tension  225 KV  sur les  axes  Kaolack –Tambacounda – Kédougou ; Tambacounda  – Bakel  et Tambacounda – Kolda – Ziguinchor  sur un linéaire  total  d’environ  1063 km .

Il vise  à développer  les activités  minières , agricoles  et touristiques  et à augmenter  la  compétitivité  du secteur  industriel  et privé . Son coût  est estimé  à  219 milliards de FCFA.

« Sans  nul doute,  ces projets  présentés  à la conférence investir  dans  l’UEMOA  à  Dubai , contribueront  à renforcer  la compétitivité  des activités  économiques  et financières  des Etats membres  de l’UEMOA  dans le cadre  d’un marché  ouvert  et concurrentiel  et d’un  environnement  juridique  rationalisé et harmonisé » a-t-il conclu .
Dialogue  inter- actif  pour la  signature  d’un contrat de partenariat  public –privé
Pour Cheikh  Hadjibou  Soumaré président de la commission de l’Union  économique  et  monétaire    Ouest Africaine (Uemoa),après  le succès  enregistré  par la conférence  de Dubaï,  l’Union  entend  poursuivre  cette  dynamique  par  l’instauration  d’un dialogue  inter- actif  entre  les Etats  et les investisseurs  jusqu’à la  signature  formelle  d’un contrat de partenariat  public –privé.

« La rencontre de ce jour  est donc  la première  d’une série  appelée  à se  poursuivre  dans le cadre  d’une plateforme  de communication  intégrant  l’ensemble  des acteurs  que sont  les Etats  membres , les investisseurs  et  les  institutions communautaires » dira  M. Soumaré .

Et de poursuivre : « Notre  Union veut, en effet,  faire  de ce nouveau  partenariat  un exemple  de réussite  pour favoriser  le développement  économique  de la sous-région  et inspirer  confiance  à nos  populations , les véritables bénéficiaires  de toutes  nos actions ».

Quant à  Birima  Mangara, ministre en charge  du budgétaire du Sénégal ,  depuis  la  rencontre  de Dubaï , un partenariat  stratégiques  est en train  de se  nouer  entre les  Etats  membres  et  l’UEMOA  d’une  part  et d’l’autre , les investisseurs  institutions , partenaires  et promoteurs  privés , autour  des projets  de développement  de l’Union.

« Pour donner  corps  à ce partenariat , un travail  de  suivi –évaluation  et des mécanismes  d’échanges  continus sont  indispensables .
Zack Ba

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles