Deux semaines après l’accident : la déclaration de Tewolde GebreMariam, Directeur général du groupe Ethiopian Airlines

Plus de deux semaines se sont écoulées depuis le crash tragique du vol 302 d’Ethiopian Airlines. Les familles des passagers et des membres de l’équipage qui ont perdu la vie ont le cœur brisé. Cela a changé leur vie pour toujours, et chez Ethiopian Airlines, nous ressentirons la douleur à jamais. Je prie pour que nous continuions tous à trouver de la force dans les semaines et les mois à venir.

 

Le peuple éthiopien le ressent aussi très profondément. En tant que compagnie aérienne appartenant à l’État et transporteur phare de notre pays, nous portons le flambeau de la marque éthiopienne dans le monde entier. Dans un pays parfois aux prises avec des stéréotypes négatifs, des accidents comme celui-ci affectent notre sentiment de fierté.

Pourtant, cette tragédie ne nous définira pas. Nous nous engageons à travailler avec Boeing et nos collègues de toutes les compagnies aériennes pour rendre le transport aérien encore plus sûr.

 

En tant que groupe aéronautique le plus important du continent africain, nous représentons le Nouvel Esprit de l’Afrique et nous continuerons à aller de l’avant. Nous sommes classés parmi les compagnies aériennes 4 étoiles du monde avec une sécurité élevée et nous sommes membres de Star Alliance. Cela ne changera pas.

 

Pleine coopération

L’enquête sur l’accident est en cours et nous apprendrons la vérité. Pour le moment, je ne veux pas spéculer sur la cause. De nombreuses questions sur l’avion B-737 MAX restent sans réponse, et je m’engage à coopérer pleinement et de manière transparente pour découvrir ce qui s’est mal passé.

 

Comme il est bien connu dans notre industrie aéronautique mondiale, les différences de formation entre le B-737 NG et le B-737 MAX recommandées par Boeing et approuvées par la FAA, l’administration de l’aviation civile aux USA, ont appelé à une formation assistée par ordinateur, mais nous sommes allés au-delà. Après l’accident de Lion Air en octobre, nos pilotes pilotant le Boeing 737 Max 8 ont reçu une formation complète sur le bulletin de service publié par Boeing et sur la Consigne de Navigabilité d’Urgence publiée par la FAA des États-Unis. Parmi les sept simulateurs de vol complets que nous possédons et exploitons, deux d’entre eux sont destinés au B-737 NG et au B-737 MAX. Nous sommes la seule compagnie aérienne en Afrique, et parmi les rares au monde à disposer du simulateur de vol complet B-737 MAX. Contrairement à ce qu’affirment certains médias, nos pilotes qui pilotent le nouveau modèle ont été formés sur tous les simulateurs appropriés.

 

Les équipages étaient bien entraînés sur cet avion.

Immédiatement après l’accident et en raison de la similitude avec l’accident de Lion Air, nous avons immobilisé notre flotte de Max 8. En quelques jours, l’avion était cloué au sol dans le monde entier. Je soutiens pleinement cela. Jusqu’à ce que nous ayons des réponses, mettre une autre vie en danger, c’est trop.

 

Croyance en Boeing, et en l’aviation américaine

Soyons clairs : Ethiopian Airlines croit en Boeing. Ils sont nos partenaires depuis de nombreuses années. Boeing représente plus des deux tiers de notre flotte. Nous avons été la première compagnie aérienne africaine à piloter les 767, 757, 777-200LR et nous étions le deuxième pays au monde (après le Japon) à prendre livraison du 787 Dreamliner. Il y a moins d’un mois, nous avons réceptionné deux nouveaux avions cargo 737 (une version différente de celle qui s’est écrasée). L’avion qui s’est écrasé avait moins de cinq mois.

 

En dépit de la tragédie, Boeing et Ethiopian Airlines continueront d’être liés à l’avenir.

Nous sommes également fiers de notre association avec l’aviation américaine. Le grand public ignore qu’Ethiopian Airlines a été fondée en 1945 avec l’aide de Trans World Airlines (TWA). Dans les premières années, nos pilotes, nos équipages, nos mécaniciens et nos gestionnaires étaient en fait des employés de TWA.

 

Dans les années 60, après le transfert, TWA a continué à jouer un rôle consultatif et nous avons continué à utiliser des jets américains, des moteurs à réaction américains et la technologie américaine. Nos mécaniciens sont certifiés par la FAA, l’administration de l’aviation civile aux USA.

 

Notre premier service passagers direct vers les États-Unis a débuté en juin 1998 et, aujourd’hui, nous desservons directement l’Afrique depuis Washington, Newark, Chicago et Los Angeles. Cet été, nous allons commencer à voler à partir de Houston. Nos vols cargo se connectent à  Miami, Los Angeles et New York.

 

Le nombre de voyages des États-Unis vers l’Afrique a augmenté de plus de 10 % au cours de la dernière année, juste au deuxième rang après les vols vers l’Europe en termes de pourcentage de croissance – les voyages vers l’Afrique ont augmenté plus que les voyages en Asie, au Moyen-Orient, en Océanie, en Amérique du Sud et en Amérique centrale ou dans les Caraïbes. L’avenir est prometteur et Ethiopian Airlines sera là pour répondre à la demande.

 

En moins de dix ans, Ethiopian Airlines a triplé la taille de sa flotte : nous avons maintenant 113 avions Boeing, Airbus et Bombardier desservant 119 destinations internationales sur cinq continents. Nous avons l’une des plus jeunes flottes de l’industrie. L’âge moyen de notre flotte est de cinq ans, tandis que la moyenne de l’industrie est de 12 ans. De plus, nous avons triplé le nombre de passagers, transportant désormais plus de 11 millions de passagers par an.

 

Chaque année, notre Académie de l’aviation forme plus de 2 000 pilotes, personnels de bord, agents d’entretien et autres employés pour Ethiopian Airlines et plusieurs autres compagnies aériennes africaines. Nous sommes l’entreprise à laquelle d’autres font appel pour son expertise de l’aviation. Au cours des cinq dernières années, nous avons investi plus d’un demi-milliard de dollars dans la formation et d’autres infrastructures dans notre base d’Addis-Abeba.

 

Nous travaillerons avec des enquêteurs en Éthiopie, aux États-Unis et ailleurs pour comprendre ce qui s’est mal passé avec le vol 302.

 

Nous décidons de travailler avec Boeing et d’autres pour utiliser cette tragédie afin de rendre le ciel plus sûr pour le monde.

 

Par Tewolde GebreMariam,

Directeur général du groupe Ethiopian Airlines

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles