Des privilèges (vols aller-retour, hôtels…) sur le dos du contribuable n’offriront pas à la Diaspora une bonne prise en charge de ses difficultés

L’analphabétisme politique, c’est quand on occupe des responsabilités sans rien y connaitre alors tout devient politique.

Avant de penser à l’augmentation de 15 députés pour la diaspora, le président Macky Sall aurait mieux fait de régler l’analphabétisme politique qui règne au niveau de certaines représentations diplomatiques à l’étranger.

Les Sénégalais de la Diaspora seront plus reconnaissants à une politique extérieure pour leur bien-être .Quand dans les consulats et les ambassades ils n’ont pas des difficultés dans les démarches qu’ils entreprennent.

La diaspora sénégalaise rencontre d’énormes difficultés administratives dans les représentations diplomatiques de leur pays respectif. L’augmentation de 15 députés, qui auront comme privilèges des vols aller-retour Dakar-Paris où ailleurs avec hôtels compris sur le dos du contribuable, n’offrira pas à la diaspora une bonne prise en charge de leurs difficultés.

Pour mieux prendre en charge les préoccupations des sénégalais de la diaspora il faut que cela soit d’abord une priorité pour le gouvernement.

Ce n’est pas le cas actuellement, la seule priorité c’est de faire passer la loi portant modification du fichier électorales en augmentant le nombre de député de 150 à 165 députés.

Le ministre de l’intérieur Abdoulaye Daouda Diallo confond encore son rôle de ministre à celui d’un politicien et défend à l’aveuglement cette loi qui portera les députés à 165.

En évoquant  l’évolution démographique et le tiers du budget de 2017 que la diaspora contribue sur l’économie nationale comme des prétextes pour défendre cette loi. Le ministre de l’intérieur oublie que les 315 millions d’américains sont représentés par 435 députés.

Ou encore à l’indépendance de la plupart des pays africains, si la France prenait en compte la progression démographique de sa population pour siéger ses parlementaires. Aujourd’hui ils seraient près de 700 députés à l’assemblée nationale française contre 577 actuellement.

Donc ce sont des arguments qui ne tiennent pas debout pour valider cette loi, l’opposition ne laissera pas faire et va manifester sa position.

Jon Birahim Pds France.

 

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles