Des jeunes proches de Aïda Mbodj accusent Wade et deux autres responsables du PDS de tentative de déstabilisation

Les jeunes de l’Ujtl  (Union des jeunesses travaillistes libérales)  réunis ce week-end ont accusé de hauts responsables du comité directeur du Pds d’être derrière ces dissidents pour liquider leur leader. A ce titre, ont été pointés du doigt Me Abdoulaye Wade, le secrétaire général national, le député Talla Diouf et Serigne Fallou Mbacké,  le président du conseil départemental de Mbacké. Badara Gaye, le porte-parole des jeunes libéraux de Bambey explique : « c’est avec stupéfaction que nous avons découvert que de hauts responsables de notre parti sont les principaux instigateurs. Nos investigations nous ont menés  à mettre la main sur les preuves de leur manigance.

Il s’agit de conférences de presse, coups de fil, transferts d’argent dans l’optique de « liquider notre sœur Aida Mbodji ». Et de se demander dans la foulée quel peut être le péché reproché à leur leader qui a eu à lancer « Foc Mou Raw en 2007 », « Ma carte, ma caution » et l’Alliance nationale pour la démocratie dans le but de massifier  le Pds.

Face à ces accusations, le président du conseil départemental de Mbacké  Serigne Fallou Mbacké, par ailleurs responsable libéral, a nié en bloc. « Nous ne sommes pas mêlés de près ou de loin à cette affaire ». Selon lui, Mme Aida Mbodji est une camarade de parti.

Même son de cloche chez Talla Diouf qui a quand même admis que « C’est Badara Gaye qui m a appelé pour me demander un appui… Si on m’appelle pour demander un soutien  financier allant dans  le sens de la libération du fils du Président Wade, je le ferai sans calcul. Je reconnais avoir soutenu ces jeunes. Je suis un homme honnête et je ne trahis pas. Si cela est à refaire, je le referais…».

La  responsable libérale de Bambey,  Mme Aida Mbodji, avait en son temps soutenu qu’il fallait d’abord libérer Karim Wade avant de poser la question de la candidature au sein du Pds. Après cette  déclaration, il s’en est suivi des réactions contestataires au niveau de  certains libéraux de Keur Samba Kane et  de Lambaye ou ils avaient choisi Karim Wade comme leur futur candidat à la présidentielle de 2017.

Source Sud Quotidien

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles