Des chercheurs développent un anticorps d’origine humaine qui détruit des cellules cancéreuses

Une découverte porteuse d’espoir, c’est celle des scientifiques de l’Université Duke qui ont développé un anticorps qui cible les cellules cancéreuses et déclenche une réponse immunitaire tuant les tumeurs tout en laissant d’autres cellules indemnes.

L’université Duke (en anglais, Duke University) est une université de recherche privée nord-américaine, située à Durham (Caroline du Nord).

L’approche nouvelle du traitement du cancer est très prometteuse comme alternative aux immunothérapies existantes qui présentent des effets secondaires indésirables, ont expliqué les chercheurs.

Le document, publié jeudi dernier dans Cell Reports, est le dernier d’une série d’études par l’équipe, dont les recherches antérieures ont indiqué que l’anticorps avait aidé à l’arrêt de la progression du cancer du poumon à un stade précoce.

Dans une autre recherche suivante, ils ont observé qu’un anticorps purifié d’origine humaine tuait les cellules tumorales lorsqu’il est lié à une cible spécifique, une protéine appelée facteur H du complément (CFH), qui protège les cellules contre une attaque du système immunitaire.

« [En] cette dernière étude- ce que je considère le plus important et intéressant- nous avons quelque chose que personne n’a fait auparavant, » ont déclaré l’auteur principal le Dr. Edward F. Patz, Jr. James et Alice Chen Professeur de radiologie et professeur dans le département de la pharmacologie et de biologie du cancer à l’Université Duke, à FoxNews.com.

« Nous avons pris des cellules pour faire l’anticorps et figuré les secrets des anticorps qu’ils font. »

Les chercheurs ont extrait les globules blancs des patients qui ont composé l’anticorps, une séquence des gènes d’anticorps, et les clones à produire des anticorps matures.

L’anticorps a ensuite été testée dans plusieurs lignées cellulaires cancéreuses, notamment du poumon, les cancers gastriques et du sein dans des boîtes de laboratoire et dans des tumeurs chez des souris vivantes.

Les chercheurs ont observé que les anticorps ont inhibé la croissance tumorale sans effets secondaires évidents. Cela a ensuite eu des effets sur la croissance tumorale par la désactivation de la couche de protection MNC et la destruction des cellules cancéreuses.

.fox5ny.com

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles