Dérapage des anti-Fada du Pds : Quand certains responsables vont trop loin…

Décidément Modou Diagne Fada & Cie font disjoncter certains responsables du Pds. Hier, à l’issue du point de presse organisé par la fédération Pds de Dakar, à la permanence El Hadj Oumar Lamine Badji, le reporter du ‘’Populaire’’, Idrissa Benjamin Sané a fait les frais de la haine des libéraux contre Fada.

En effet, sollicité par sa consœur de Sen-Tv, Aminata Dramé, pour sa rubrique «Mélokane» de ladite chaîne télé, afin de donner son opinion sur la communication du syndicaliste Sidiya Ndiaye, notre reporter a vu les libéraux s’en prendre à lui, nous dit le journal.

C’est parce que convaincus que c’est à eux qu’ils jetaient la pierre, sans même avoir écouté ce qu’il disait.

D’après le journal, il a été ainsi malmené par des responsables bien connus du Pds et des militants de la fédération départementale de Ndakaaru. Des lâches et irresponsables qui n’ont rien compris de la vie en société et dont la place est dans la jungle ou au zoo de Hann se sont jetés violemment sur Idrissa Sané pour mettre fin de force à l’entretien. Leur reporter a été abreuvé d’injures par ces libéraux qui n’ont appris dans leur vie que les insultes et les mauvais comportements.

Selon toujours ‘’Le populaire’, il a même failli être lynché par ces prétendus démocrates, qui lui ont fait passer un mauvais quart d’heure. Et le pire, c’est que tout ça s’est déroulé sous le regard complice de hauts responsables du Pds qui connaissent très bien le reporter.

« Il a fallu une révolte collective des confrères qui étaient sur place pour éviter le pire à notre collaborateur. Finalement, la leçon à retenir de tout ça, c’est que ces sauvages du Pds resteront à jamais des voyous », dit le Journal.

Leur jetant la pierre, le ‘’Populaire’’ poursuit, déjà opposants, ils avaient comme signe particulier le culte de la violence. Et pendant 12 ans au pouvoir, ils ont excellé par leur manque de raffinement en s’érigeant en insulteurs publics et en agresseurs (Talla Sylla et autre Kara et Kambel ne diront pas le contraire).

« Et voilà que redevenus opposants, les hommes de 3W, fidèles à la tradition de leur parti, renouent avec leurs vieilles habitudes d’agresseurs et leurs comportements de bandits. Ce n’est vraiment pas un hasard si l’adage dit : «Chassez le naturel, il reviendra toujours au galop». L’habitude étant une seconde nature… » dit le journal.

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles