Déperdition des moeurs à Yeumbeul Des homosexuels font la bamboula et irritent les populations

L’homosexualité hors politique refait l’acte dans la banlieue. Les populations de la cité Comico 4 de Yeumbeul ont été réveillées, hier, aux abords de 5 heures du matin, par une dispute. Renseignement pris, elles ont su qu’il s’agissait d’une affaire d’homosexuels.

Le ‘’Populaire’’ qui relaie l’info indique qu’un jeune, qui a été arrêté, habillé comme les gays, jurait en effet la main sur le cœur qu’il n’était pas homosexuel. C’est sur ces faits que qu’n gaillard, venu faire la prière, a commencé à le fouiller.

C’est ainsi qu’il a été découvert par devers lui, deux téléphones dont l’un avait un répertoire téléphonique avec des contacts aux noms très fleuris : « Saf… » et autres « Rey… » ( autrement ‘’épicé’’ et autres ‘’gros’’ en matière d’organe génital masculin).

Sommé par le militaire de déverrouiller le second téléphone, le jeune a affirmé qu’il ne connaissait pas le code, car le téléphone ne lui appartenant pas. Il faut dire qu’il a été sacrément malmené par les jeunes avant qu’il ne soit relâché faute de preuves suffisantes, nous dit ‘’Pop’’.

Mais avant de partir, le jeune a réclamé « son » téléphone qu’il avait précisé appartenir à un ami et dont il ignorait le code secret. Il faut dire que cette affaire a délié les langues dans le coin.

Des jeunes racontent : « On était à la recherche d’un pédophile qui nous fatiguait, dans le quartier Nguer de Boune, c’est ainsi qu’on est tombé sur un groupe d’homosexuels. Ils étaient une trentaine de personnes. On est rentrés et une dame qui est la mère de l’un d’entre eux nous a insultés. On s’est repliés pour enregistrer ce qui s’y passait. Il y avait également des lesbiennes sur place ».

D’après toujours le ‘’Populaire’’, un autre jeune explique qu’un groupe de jeunes, avec à leur tête un élève que tout le monde jugeait pour ses manières efféminées, est rentré dans un appartement, faisant croire à un anniversaire.

« Il y avait dans leurs sacs des ‘bine-bine’ (ceinture de perles), des peignes et autres accessoires féminins. On a réussi à prendre quelques téléphones avec des choses perverses dedans ».

 

 

 

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles