Défis du domaine agricole Le Pr Cheikh Békaye Gueye souligne les axes où le Sénégal doit forcément revoir sa copie.

Au cours d’une rencontre organisée ce mercredi 8 avril 2015, au Centre international du Commerce extérieur du Sénégal, Le Pr Cheikh Békaye Gueye, Directeur général de la recherche au ministère de l’Enseignement Supérieur, n’a pas caché son amertume de voir les produits de la Recherche qui dorment des années durant dans les tiroirs, sans suite. Il présidait dans le cadre de la FIARA, une journée de réflexion sur l’Éducation et recherche en agriculture (ERA), qui est un projet financé à hauteur de 28 millions de dollars américains pour contribuer au renforcement des capacités des institutions de formation et de recherche en agriculture.

« Si le Sénégal veut réussir dans l’agriculture, il doit se focaliser sur  l’enseignement supérieur et la recherche. L’enseignement supérieur peut participer au développement de l’agriculture en formant des hommes, des agriculteurs, parce que le Sénégal n’a pas une masse critique d’entrepreneurs agricoles », a-t-il déclaré.

Selon Directeur général de la recherche au ministère de l’Enseignement Supérieur, « le Sénégal est un pays qui a une longue tradition de la recherche, même si après les résultats restent cloués dans les tiroirs.

De ses recommandations, il ressort la nécessité d’avoir des entrepreneurs agricoles, des gens qui dans le domaine de l’agriculture maitrisent les techniques agricoles, mais peuvent également créer des emplois et s’auto-employer.

Pourtant Larry Vaughan, le directeur du projet Éducation et recherche en agriculture (ERA), dans son intervention, a fait savoir que des avancés notoires ont été enregistrées dans le secteur de l’agriculture au Sénégal, avec beaucoup de variétés de riz produites dans la vallée du fleuve Sénégal pour répondre à l’autosuffisance alimentaire.

« Cette journée d’aujourd’hui est celle d’une réflexion sur la formation et la recherche dans le domaine de l’agriculture, comment faire pour que les produits qui sont formés dans nos universités et écoles de formations  soient des produits de qualité et opérationnels dans leurs domaines de compétence. Et comment faire également pour que les résultats des recherches soient bénéfiques aux populations », a insisté Pr Cheikh Békaye Gueye.

Initié par l’USAID/ERA, ce projet est un programme de collaboration  de différentes institutions sénégalaises et un congloméra d’universités américaines dirigées par Virginia Tech. Ce dernier a insisté aussi pour que la recherche puisse être concentrée vers la création « de variétés de cycle court » qui puissent résister à la sécheresse, d’autant plus le pays se trouve dans la zone sahélienne. Tout en demandant la maitrise de l’eau pour pouvoir faire de l’agriculture irriguée un maillon fort de l’économie sénégalaise.

Pour le directeur du projet Éducation et recherche en agriculture (ERA), Larry Vaughan, ce projet entre dans le cadre de la croissance économique et sécurité alimentaire de l’USAID/Sénégal. Selon lui, l’investissement touche les différentes institutions qui englobent le système agricole dans l’enseignement supérieur, les centres agricoles et le lycée agricole de Bignona.

Idy Diop

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles