Découverte: Rahma Ndao, une fille exceptionnellement douée, courtisée par les Etats-Unis, méconnue à son Sénégal natal

Née aux Etats-Unis en 2002, Rahma Ndao est une enfant ‘’exceptionnellement surdouée’’, selon les autorités scolaires de son Etat. Elle affole les statistiques aux Etats-Unis. Ce qui lui a valu d’être recruté au Mensa, organisation internationale qui regroupe les enfants dont le quotient intellectuel est largement au-dessus de la moyenne. Invitée à choisir entre ses pays d’accueil et d’origine, elle opte pour le Sénégal qui devient ainsi le deuxième pays africain à être représenté dans ce saint des saints.

Toutefois, adulée aux USA, la petite fille est toujours ignorée des autorités sénégalaises qui restent sourdes, bien que ses parents aient saisi la représentation diplomatique du Sénégal aux USA, pour que l’enfant soit reconnue par le Sénégal. Ils attendent toujours une réaction sénégalaise qui tarde à venir.

Comme le dit l’adage : ‘’Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années.’’ Cette vérité universelle s’applique bien à la petite Rahma Ndao de 14 ans. Depuis son cycle primaire (first grade), cet enfant prodige ne cesse d’affoler les statistiques dans le pays même de l’Oncle Sam.

Malgré la rude concurrence entre enfants précoces, elle a su imposer son patronyme Ndao, au grand bonheur de ses parents, aux USA depuis plus de 25 ans. En effet, trois ans durant, la petite a figuré dans le cercle restreint des meilleurs élèves des Etats-Unis (tous Etats confondus). A ce titre, ‘’elle a été invitée à rencontrer les Young scholars à Washington’’, explique-t-on dans sa biographie qui nous a est parvenue.

La fille d’Ousmane et d’Aissata Sall, tous deux originaires du Sénégal, fait l’objet de toutes sortes de convoitises au pays de Donald Trump. Conscient de son talent à l’état pur, les autorités américaines ont déjà entamé l’opération de charme pour s’accaparer la petite, dont le quotient intellectuel est largement au-dessus des enfants de sa génération, voire de plusieurs adultes.

En effet, ‘’dans une correspondance adressée aux parents de Rahma, durant l’année scolaire 2013/2014, M. Derrick Shelton, ancien directeur de d’école de Rahma, notifiait à ces derniers que Rahma avait eu une moyenne de 99% au Scranton Test. Ce qui faisait d’elle l’une des meilleures élèves des Etats-Unis’’, indique notre source. Qui ajoute : ‘’En août 2015, alors qu’elle avait douze (ans), Rahma a passé le test de psychologie à Pickerington Ridgeview junior pour déterminer si elle était une surdouée. Selon Mr Todd Stanley,  le coordinateur du service des surdoués, Rahma a non seulement dépassé les 126 points requis, mais elle était à deux déviations supérieures. Ce qui faisait d’elle une exceptionally gifted. Ainsi a-t-elle été acceptée au Mensa, en mars 2016’’.

Cela prouve encore à suffisance le don exceptionnel de cette enfant ‘’exceptionnellement surdouée’’. En effet, Mensa est une organisation internationale dont le seul critère d’admissibilité est d’obtenir des résultats supérieurs à ceux de 98% de la population aux tests d’intelligence. Fondée à Oxford en 1946 avec comme objectif de promouvoir la paix et de faire bénéficier à l’humanité des bienfaits de l’intelligence, cette organisation a la particularité de n’admettre en son sein que des personnes ayant une intelligence bien au-delà de la moyenne. Avec plus de 140 000 membres dans le monde, Mensa regroupe cent (100) pays et jusqu’ici, l’Afrique du Sud était le seul pays du continent africain à y être présent.

‘’A l’âge de 12 ans, elle a révolutionné les mathématiques…’’

Sa sélection au Mensa que ses parents ont accueillie avec beaucoup de joie a été le début d’un dilemme assez cornélien. La Sénégalaise d’origine est ainsi invitée à choisir entre son pays d’origine et sa terre d’accueil. Lequel des deux va-t-elle représenter ? Le choix est vite fait avec l’aide des parents, foncièrement sénégalais. Pour la première fois de l’histoire, le Sénégal entre dans ce saint des saints. Le Mensa, jusque-là, ne comptait qu’un seul pays africain, en l’occurrence l’Afrique du Sud. Mais la petite ne fait pas seulement honneur à sa terre natale. Elle a aussi hissé très haut le pavillon du ‘’Pickerington school district’’. Avec plus de deux siècles d’existence, ce district qui date de 1815 n’a jamais produit un membre du Mensa. Ce n’est pas tout. En 2016, Rahma a subi le ‘’PARC test’’ qui est un test national et a obtenu 813 points sur 814, alors que le ‘’school average score’’ était de 735, le ‘’district average score’’  708 et le state average score 702.

Aussi est-elle la fierté de tout un peuple américain qui va l’honorer à Boston, du 25 au 27 juin 2018. Elle y recevra, en effet, le ‘’National Academy of Future Physicians and Medical Scientist Award of Excellence’’. Une cérémonie qui sera rehaussée par la présence d’éminents savants comme Sir Richards Robert, le Prix Nobel en physiologie et médecine 1993, Michael Stuart Brown, Prix Nobel en physiologie et médecine 1985, Leland hartwell, prix Nobel en physiologie et médecine 2001, pour ne citer que ceux-là.

Lentement, mais sûrement, la petite Rahma poursuit avec beaucoup de détermination son cycle secondaire et prend en même temps des cours universitaires, notamment en chimie. Malgré son jeune âge, elle a la tête pleine de projets. Parmi ses priorités, s’engager pour le développement des sciences dans son pays et en Afrique, convaincue que le développement du continent passe par les Mathématiques, les Sciences et Technologies. A l’âge de 12 ans, elle a révolutionné les mathématiques, en changeant une théorie qui existait déjà pour une meilleure compréhension et rapidité. Cette théorie a jusqu’ici était gardée secrète, mais sera publiée très prochainement, dit-on dans la biographie. ‘’Rahma Ndao est une fierté pour le continent africain’’, renseigne le document.

Source enqueteplus.com

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles