Découverte : Khadidja Diallo, alias « Maman Africa », une femme vivant avec un handicap qui œuvre dans le social

C’est dans le populeux quartier de Fass que vit Khadidja Diallo, alias « Maman Africa », une femme handicapée œuvrant dans le social. Alors que des personnes l’utilisent pour justifier leur mendicité, cette belle femme refuse de tendre la main comme le font d’autres vivant avec un handicap.

Elle participe au développement de sa localité en menant des actions de bienfaisance. Sa maison ne désemplit, handicapés, enfants et démunis viennent de partout pour partager avec cette femme les modestes ressources dont elle dispose.

Maman Africa est à la tête d’une association dénommée « Fass meilleur » qui œuvre pour l’éradication de la pauvreté à Fass, mais surtout pour apporter de l’assistance aux enfants issus de parents  pauvres.
« J’évolue dans le social pour aider les enfants issus de familles pauvres mais aussi pour participer à la lutte contre la pauvreté. Je suis à la recherche de partenaires pour m’accompagner dans ce combat. Cependant de bonnes volontés m’appuient financièrement pour que je puisse faire des gestes pour les enfants », explique Khadidja que nous avons trouvée au milieu de ses amis en plein cœur du quartier de Fass réunis autour du thé.
Pour appuyer les enfants de sa localité durant l’année scolaire, elle a offert des lots de cahiers aux enfants démunis.
« Comme les temps sont très durs, je m’étais dit que je vais organiser un tournoi de foot pour que les enfants puissent jouer. C’est ce qui va les aider à ne plus aller à la mer avec les noyades qu’on a connu ces temps-ci. J’ai profité de ce tournoi de foot pour distribuer des cahiers aux enfants issus de familles pauvres », avance la dame au cœur d’or

.
Maman Africa entend aussi organiser des cours de renforcement pour aider un certain nombre d’élèves à réussir dans les études car leurs parents ne disposant de moyens pour les payer des cours de renforcement.
« Avec mes maigres moyens, je vais tout faire aussi pour offrir à une dizaine d’élèves les possibilités de suivre durant l’année scolaire des cours de renforcement pour qu’ils puissent avoir de très bons résultats cette année. Nous lançons un appel à toutes les bonnes volontés de nous venir en aide pour la réalisation de cet objectif-là », renchérit la dame.
Aujourd’hui pour le développement de sa localité, Khadidja est prête à remuer ciel et terre pour apporter sa pierre à l’édifice, malgré son handicap.

C’est d’ailleurs pourquoi, Khadidja sur ce point, nous confie : « Mon handicap ne m’empêche pas de participer au développement de ma localité. Cela ne me gêne en rien et je ne vais jamais tendre la main. Je vais me bagarrer très fort pour me frayer un passage avec l’association dont je suis la présidente. Je suis à la recherche de partenaires pour financer plusieurs projets de développement pour les jeunes de ma localité. Les gens viennent de partout pour manger et boire chez moi sans aucun problème ».
En assistant les personnes démunies, Khadidja a montré la voie aux autres personnes atteintes d’un handicap. Elle leur donne ainsi une belle leçon de la vie,  en leur prouvant que le fait d’être handicapé n’est pas une fatalité et peut-être même facteur de motivation.

Khadidja Diallo, alias « Maman Africa » 2

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles