Dallas : Cinq policiers abattus lors d’une manifestation contre la brutalité policière

Des policiers ont été la cible de tirs, jeudi 7 juillet, à Dallas, au Texas (Etats-Unis) alors qu’ils encadraient une manifestation contre la brutalité policière. Cinq d’entre eux ont été tués, a annoncé la police, selon laquelle « il semble que deux snipers ont tiré depuis une position en hauteur ».

Trois personnes ont été interpellées – dont un homme mis hors de cause depuis – et une quatrième est retranchée dans un parking et encerclée par la police. Selon les autorités, ce suspect affirme que des bombes ont été placées « partout dans la ville ».

Trois personnes interpellées. La police a annoncé l’arrestation d’un suspect après un échange de tirs, et la découverte d’un paquet « suspect » a été faite par les policiers à proximité.

Une femme a également été interpellée, et les recherches se poursuivent. Un troisième homme, dont la photo avait été diffusée par la police de Dallas, s’est rendu à la police et a depuis été relâché.

Un quatrième homme retranché. Jeudi soir, la police expliquait être en négociations avec un suspect retranché dans un parking, avec lequel des tirs ont été échangés.

L’homme a, selon la police, déclaré que « la fin est proche », qu’il blesserait et tuerait davantage de policiers et que des bombes étaient cachées dans la ville.

Onze policiers touchés. Quatre policiers ont été tués et sept autres blessés par balles. Dans un premier temps, la police avait diffusé un bilan qui indiquait que trois policiers étaient morts, quetrois autres étaient dans un état critique et deux en train d’être opérés. Un civil a par ailleurs été blessé, selon l’AFP.

Une manifestation contre les violences policières. Avant les tirs, les manifestants défilaient aux cris de « Black Lives Matter », pour protester contre la mort de deux hommes tués par des policiers blancs : Alton Sterling, dont la mort mardi à Bâton-Rouge (Louisianne) fait l’objet d’une enquête, et Philando Castile, tué mercredi à Saint-Paul (Minnesota) lors d’un contrôle routier, une scène filmée par sa compagne. Barack Obama y avait réagi jeudi, évoquant « un grave problème »

Source FranceTvInfo

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles