D. Diop violée et engrossée par un charlatan fou amoureux d’elle

Même si l’on clame haut et fort que certains charlatans ne sont pas dignes de confiance, on trouve toujours des femmes pour les encourager. Alors qu’elles ne cessent d’en être les victimes. Hier, une énième victime s’est présentée devant la barre du tribunal des flagrants délits.

D. Diop accuse son marabout Badara Ndour d’avoir abusé d’elle, en lui faisant croire que c’était la meilleure manière de solidifier la prière. En effet, la fille est allée le consulter sur la recommandation d’une copine. Ils ont tissé des liens et la jeune fille lui a demandé des prières afin que son petit ami l’épouse.

Quelques jours plus tard, D. Diop est revenue dire au marabout que sa douce moitié venait de trouver ailleurs chaussure à son pied. Ce faisant, elle a sollicité une autre prière pour trouver un époux.

Alors, selon elle, le charlatan lui a fait savoir qu’ils devaient entretenir des rapports sexuels pour que la prière marche. Sans être d’accord avec cette proposition, elle a fini pourtant par passer à l’acte. Seulement, à en croire la plaignante, si cela a pu être possible, c’est parce qu’elle s’enduisait le corps de liquides mystérieux donnés par le charlatan.

Au lieu de la rendre invulnérable à certains maléfices et tourner la chance en sa faveur, ces liquides, dit-elle, lui ont fait perdre totalement la raison, au point de coucher avec le charlatan.

Devant le juge, le prévenu n’a pas nié grand-chose. ‘’J’ai certes usé de certaines pratiques pour qu’elle soit à mes côtés, mais c’est juste parce que je lui voue un vrai amour’’, a dit Badara Ndour. Selon le charlatan, la fille était consentante car il lui avait déjà fait la cour.

Un argument que la mère de la victime n’a pas voulu entendre. Comparaissant en même temps que sa fille et le prévenu, elle a tout nié. Elle a avancé que lorsqu’elle est allée confronter le sieur Diouf, celui-ci lui a dit qu’il avait effectivement marabouté sa fille, parce qu’il était amoureux d’elle.

La dame a ajouté que le prévenu planifiait une fuite qui n’a pas abouti parce que sa femme était absente et qu’il risquait d’abandonner sa petite famille. La mère de la plaignante a dit au juge qu’elle détenait même des enregistrements comme preuves de ses dires.

Elle a proposé de les fournir. Cette dernière proposition a suscité le renvoi du procès pour production de ces éléments sonores. L’affaire reviendra à la barre jeudi prochain, sauf cause mystique…

Source ‘’Enquête’’

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles