Culture : le Pr Iba Der Thiam remercie le président français et explique le pourquoi

Dans une lettre adressée à Emmanuel Macron, le Professeur Iba Der Thiam a vivement félicité et remercié le président français pour un engagement pris dans son discours tenu le mardi 28 Novembre 2017, à l’Université de Ouaga 1 Professeur Joseph Ki Zerbo au Burkina Faso. Voici le pourquoi…

Objet: Remerciements suite à votre communication devant la jeunesse                     intellectuelle africaine à l’Université de Ouaga 1 Joseph Ki-Zerbo au       Burkina Faso

Monsieur le Président de la République,

Dans la communication que vous avez faite, le Mardi 28 Novembre 2017, devant la jeunesse intellectuelle africaine à l’Université de Ouaga 1 Professeur Joseph Ki Zerbo au Burkina Faso, vous avez déclaré :

« Le premier remède c’est la culture, dans ce domaine, je ne peux pas accepter qu’une large part du patrimoine culturel de plusieurs pays africains soit en France. Il y a des explications historiques à cela mais il n’y a pas de justification valable, durable et inconditionnelle ; le patrimoine africain ne peut pas être uniquement dans des collections privées et des musées européens. Le patrimoine africain doit être mis en valeur à Paris mais aussi à Dakar, à Lagos, à Cotonou, ce sera une de mes priorités. Je veux que d’ici cinq ans les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique ».

Il s’agit, là, d’une annonce de la plus haute importance, car elle concerne la restitution du patrimoine culturel des pays africains, condition sine qua non de la reconstitution de leur conscience historique et de leur identité.

En concrétisant une telle décision, la France aura posé un acte majeur de décolonisation et prouvé sa volonté de fonder, désormais, ses relations avec ses ex-colonies sur l’égale dignité des cultures et le respect mutuel.

Vous avez ajouté :

« Je souhaite aussi que cette Saison des cultures soit l’occasion de valoriser une autre forme d’histoire et je le dis avec beaucoup de solennité dans cette université. L’histoire de l’Afrique ne peut pas être seulement écrite par des spécialistes européens de l’Afrique, il convient de valoriser, de poursuivre et d’aider au parachèvement d’une histoire de l’Afrique écrite par les Africains. Je pense d’une part évidemment à l’histoire et l’historiographie africaine qui est indispensable ».

En ma qualité de Coordonnateur Général du Projet « Histoire Générale du Sénégal des origines à nos jours », je voudrais, au nom de tous ceux qui participent à notre initiative, vous féliciter chaleureusement pour ces propos et vous dire à quel point votre réflexion rencontre notre adhésion et notre soutien le plus total.

Je vous remercie du fond du cœur et vous donne l’assurance que nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir, pour soutenir toute initiative que vous prendrez, allant dans le sens de la nouvelle orientation que vous venez de définir.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma très haute considération.

Dakar, le 1er Décembre 2017

Pr. Iba Der THIAM

Agrégé de l’Université, Docteur d’État (Sorbonne)

Ancien Ministre, Ancien 1er Vice-président de l’Assemblée Nationale

Ancien Député

Coordonnateur Général du Projet « Histoire Générale du Sénégal des origines à nos jours » (HGS)

Président du Comité pour la Valorisation des Archives de Thiaroye 44 (COVART 44)

 

Villa 5257 SICAP Liberté IV

Tél./Fax : (00221) 33 824 07 57/(00221) 77 653 31 53

DAKAR (Sénégal)

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles