Crise Scolaire : La Cnts fustige l’attitude de Serigne Mbaye Thiam

En conférence de presse, dans le cadre des préparatifs de la commémoration de la Fête internationale du travail, le 1er mai 2018 qui sera célébrée cette année, par un grand rassemblement des travailleurs membres de la Coalition des Confédérations syndicales et travailleuses et travailleurs du Sénégal à la place de l’Obélisque et sur le thème «Unis pour des salaires dignes et décents », Mody Guiro n’a pas hésité de parler de la crise scolaire. Selon M. Guiro, la Cnts ne va plus rester à l’écart de cette affaire.

L’année scolaire est menacée du fait de la situation qui prévaut dans l’espace scolaire ponctuée par la grève des enseignants et la colère des élèves qui risquent d’aboutir à des conséquences dramatiques. Raison pour laquelle, en toute responsabilité, la Coalition des Confédérations syndicales et travailleuses et travailleurs du Sénégal (Cnts) que dirige Mody Guiro, a lancé hier un appel aux parties prenantes du système éducatif à surmonter les obstacles et à trouver dans un sursaut patriotique des plages de convergence nécessaires afin d’aboutir à une solution définitive et sauver l’année scolaire. Tout en fustigeant le comportement du ministre de l’Éducation nationale, Serigne Mbaye Thiam qui avait prononcé la levée du mot d’ordre. Ce qui n’est pas de son ressort. « Cette responsabilité est exclusivement réservée aux organisations syndicales. Et nous pensons que c’est déplorable », a-t-il souligné. D’aprés lui, les syndicats d’enseignants ont une autonomie dans la prise de décision et de facilitateurs pour trouver des solutions de sortie de crise. « Ils sont la seule organisation légitime de prononcer la levée de leur mot d’ordre de grève et non un ministre », précise-t-il. Avant d’ajouter : « Même si ces organisations syndicales ne devraient pas s’offusquer et revenir sur leurs décisions initiales, elles devraient revenir et continuer à réfléchir sur des décisions de sortie de crise pour l’intérêt des élèves et du peuple sénégalais ». Mody Guiro s’exprimait hier lors d’une conférence presse dans le cadre des préparatifs de la commémoration de la fête internationale du travail, le 1er mai 2018. Ce dernier dans son réquisitoire toujours, a fait savoir qu’il est encore possible de progresser dans cette direction même s’il faut déplorer les lenteurs administratives notées dans l’exécution des accords et les affrontements malheureux qui se sont passés à Ziguinchor. Dans ce cadre, dira-t-il, « la Coalition des Confédérations Syndicales de Travailleuses et Travailleurs du Sénégal condamne les dérives policières qui ne font que jeter de l’huile sur le feu et rappelle aux autorités que le droit de marche est consacré dans notre Constitution ». Et de poursuivre : « En tant que Centrale syndicale, désormais les accords signés entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants devraient être respectés. En tant Centrale, nous n’allons plus rester en retrait regarder ces organisations et le gouvernement dérouler de part et d’autre leurs stratégies et leurs plan d’actions. Nous assumerons cette responsabilité pour que le gouvernement puisse veiller aux engagements signé avec les enseignants ».

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles