Crimes économiques et financiers : Le Royaume-Uni s’engage à soutenir davantage la guerre anti-corruption au Nigeria

Le Royaume-Uni s’est engagé à soutenir davantage la lutte contre la corruption au Nigeria menée par la Commission des crimes économiques et financiers.

Le haut-commissaire britannique au Nigeria, Paul Arkwright, a renouvelé son assurance lors d’une visite mercredi au siège de l’EFCC à Abuja.

Arkwright a déclaré: « Nous sommes ravis de voir comment fonctionne l’EFCC, et nous vous assurons du soutien indéfectible du gouvernement britannique dans la lutte contre la corruption. »

Arkwright, qui était accompagné de Daniel Murphy lors d’une visite, a également complété les efforts de la Commission pour débarrasser le pays de la corruption.

« Le Royaume-Uni et le Nigeria ont évolué et progressé dans la lutte contre la corruption, et les réalisations de l’EFCC ont été impressionnantes », a-t-il ajouté.

Il a exhorté l’EFCC à travailler de concert avec la Commission électorale nationale indépendante (CENI) pour assurer un processus politique libre et équitable, en vue des élections de 2019.

Il a déclaré: « L’INEC et l’EFCC devraient être là pour préserver l’intégrité du processus politique, y compris mener des enquêtes sans préjudice d’un côté ou de l’autre, en suivant les preuves et en prenant des mesures lorsque cela est justifié. » le soutien du gouvernement britannique « à la fois dans l’assistance technique, dans une enquête et bien sûr l’élargissement du soutien de cette grande institution indépendante de l’EFCC. »

Ibrahim Magu, président par intérim de l’EFCC, a apprécié le soutien du gouvernement britannique et l’a assuré de l’indépendance de l’EFCC dans l’accomplissement de son mandat.

Il a dit: « Je vous assure qu’il n’y a pas d’ingérence politique dans ce que nous faisons. Nous continuerons à travailler avec des parties prenantes comme INEC avec lesquelles nous avons conclu un accord pour garantir qu’il n’y ait pas d’interférence pour garantir des élections libres et équitables au Nigeria et nous empêcherons les gens d’utiliser l’argent pour acheter des votes.  »

Selon lui, l’EFCC gère les meilleures pratiques internationales et « fait une enquête préliminaire diligente ».

« Nous n’invitons personne ici s’il n’est pas impliqué dans une infraction ou un crime et c’est pourquoi quand vous venez ici, il faut beaucoup d’efforts pour sortir de la chaîne, quel que soit le cas qui se présente à l’EFCC. Conclusion logique. Nous portons l’affaire devant le tribunal qui donne la décision finale « , a-t-il ajouté.

Source saharareporters.com

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles