Création d’une nouvelle compagnie aérienne : « AIR SENEGAL SA » remplace SENEGAL AIRLINES

L’annonce de la création d’une nouvelle compagnie aérienne dénommée « AIR SENEGAL SA » qui va remplacer SENEGAL AIRLINES a été faite par Mme Maïmouna Ndoye Seck, ministre du Tourisme et des Transports Aériens ce vendredi 15 avril 2016 en marge d’une conférence de presse sur la situation du secteur des transports aériens. La nouvelle compagnie aura un capital de 40 milliards de F CFA.
« Une nouvelle compagnie dénommée AIR SENEGAL SA vient d’être créée avec un capital initial de 40 milliards de francs CFA. Conformément aux orientations du Chef de l’Etat, il est retenu d’assurer une capitalisation permettant un démarrage rapide des opérations de ladite compagnie en attendant la contractualisation avec un partenaire stratégique fort et une augmentation du capital à 100 milliards de francs CFA », annonce Mme Maïmouna Ndoye Seck, ministre des transports aériens en marge de la conférence de presse tenue le vendredi.
Le ministre des transports aériens estime que la compagnie devrait également être dotée de services d’assistance au sol (Handling) et d’un centre de maintenance pour garantir un modèle économique robuste. Et l’objectif constant qui est poursuivi est que le premier vol commercial à décoller du nouvel aéroport AIDB soit un vol du pavillon national.
Mme Maïmouna Ndoye Seck a listé les pertes faites par Sénégal AIRLINES.
« Aujourd’hui, elle présente un déficit financier de plus de 65 milliards constitué de pertes cumulées au cours des années : 2011 pour 24 milliards de F CFA ; 2012 pour 12 milliards de F CFA ; 2013 pour 18 milliards et 2014 pour 11 milliards de F CFA. Les chiffres de 2015 qui ne sont pas encore disponibles, devraient rester dans les mêmes tendances », explique Mme Maïmouna Ndoye Seck.
Selon le ministre, il ressort de ce qui précède que la compagnie avait déjà perdu la totalité de son capital social (16,5 milliards de F CFA non totalement libérés) à la fin de l‘exercice clos au 31 décembre 2011, c’est-à-dire, dés la première année de son exploitation.
Maïmouna Ndoye Seck soutient que :« Ainsi malgré tout le soutien constant du chef de l’Etat et du gouvernement, SENEGAL AIRLINES n’a jamais atteint les objectifs de développement qui lui étaient assignés au moment de sa création et qui justifiaient l’établissement d’une convention de concession des droits de trafic en 2009. Il s’y ajoute que la compagnie, ne disposant plus d’avions, n’a pu remplir les conditions nécessaires pour que l’Autorité de régulation de l’aviation civile (l’ANACIM) puisse procéder au renouvellement de son permis d’exploitation aérienne, arrivé à expiration le é avril 2016 ».
Elle a tenu à préciser que, face à cette situation, l’Etat a décidé, comme indiqué dans le communiqué du 11 avril 2016, de mettre un terme à la convention de concession des droits de trafic le liant à SENEGAL AIRLINES.
« Concernant la compagnie aérienne, l’ambition affichée dans le PSE est de doter le Sénégal d’un pavillon national fort pour accompagner le développement du Hub aérien régional. En effet, une compagnie nationale performante offre des perspectives de développement du trafic aérien à travers un potentiel important de passagers, qui va constituer un levier d’attraction de compagnie aériennes étrangères. C’est ainsi que depuis l’accession à la magistrature suprême du président Macky Sall, le gouvernement a, de manière soutenue, accompagné la relance de la compagnie Sénégal AIRLINES, malgré sa situation déjà alarmante », conclut le ministre des transports aériens.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles