Côte-d’Ivoire Les investigations se poursuivent pour identifier les auteurs des violences du référendum

Après les auditions de deux opposants à la nouvelle constitution ivoirienne, les ‘’investigations se poursuivent’’ afin que ‘’toutes les personnes ayant participé aux violences lors du scrutin référendaire du dimanche 30 octobre dernier, ‘’répondent devant les juridictions compétentes’’, a annoncé, samedi, dans un communiqué le ministère ivoirien de la justice.
Ce communiqué signé du directeur de cabinet adjoint du ministre de la justice rappelle que des militants proches de certains partis politique se ‘’sont rendus sur des lieux de vote pour empêcher leurs concitoyens d’exercer leur droit’’. Ces personnes, déplore le ministère, ‘’ont ainsi saccagé des bureaux de vote. Elles ont détruit des installations électorales et emporté des urnes dans certaines localités’’.

‘’Ces faits d’une particulière gravité ont donné lieu à l’ouverture de plusieurs enquêtes judiciaires notamment dans le ressort des Cours d’appel d’Abidjan et de Daloa. Certaines personnes soupçonnées d’avoir participé à ces actes de violence ont été arrêtées et des informations judiciaires sont en cours à leur encontre’’, ajoute le communiqué.

Dans le cadre de ces enquêtes, certains responsables politiques ayant lancé des mots d’ordre pour la commission de ces actes ont été ‘’entendus et remis en liberté’’, précise le ministère de la justice selon qui ‘’les investigations se poursuivent afin que toutes les personnes ayant participé à quelque niveau que ce soit à ces infractions en répondent devant les juridictions compétentes’’.

Vendredi soir, le Président de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER) Mamadou Koulibaly ainsi que le meneur de la branche dissidente du Front populaire ivoirien (FPI) Abou Drahamane Sangaré ont été brièvement interpellés par la police avant d’être relâchés.

Ils ont été entendus sur leur responsabilité relative au message de boycott qu’ils ont lancé et ces conséquences lors du scrutin référendaire de dimanche. Le Conseil constitutionnel ivoirien a rejeté, vendredi soir, les réclamations de l’opposition en validant les résultats de ce référendum constitutionnel jugé ‘’régulier’’.

‘’Les réclamations des partis politiques sont rejetées, le scrutin est régulier, le projet (de la nouvelle constitution) est adopté à 93,42% pour le oui, 6,58% pour le non et devient la constitution’’ a déclaré le Président du Conseil constitutionnel, Mamadou Koné lors d’une audience qui a statué sur les résultats provisoires.

Les réclamations où griefs de l’opposition dont les avocats étaient présents dans la salle d’audience, portaient notamment sur la falsification des résultats, la violation du code électoral, l’accès aux médias d’Etat et l’utilisation du bulletin double.

Ce scrutin référendaire boycotté par l’opposition ivoirienne a enregistré un taux de participation de 42,42%, selon la Commission électorale indépendante (CEI).

Source Apanews

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles