Côte d’Ivoire, le RDR du président Alassane Ouattara en congres sans Guillaume Soro

En Côte d’Ivoire, le Rassemblement des républicains (RDR), parti du président Alassane Ouattara, tient son congrès, ce samedi 9 septembre, à Treichville, devant des milliers de partisans, durant tout le week-end. Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale et ex-chef de la rébellion, est le grand absent. Alassane Ouattara devrait réintégrer le poste de président du parti.

Beaucoup de monde à Treichville et une arrivée triomphale, à 11 heures, ce samedi matin, du président Alassane Ouattara, chef de l’Etat et pas encore chef de parti puisque c’est demain que celui-ci sera reconduit comme président du RDR, un poste qu’il peut désormais cumuler avec ses fonctions de président de la République, depuis la nouvelle Constitution.

Au Palais des sports de Treichville, il y a une foule incroyable. Le stade, le Palais des sports lui-même et les rues environnantes sont noires de monde avec peut-être pas les 65 000 participants espérés par les organisateurs ou attendus par les organisateurs, mais au moins 10 à 15 000 personnes.

Alassane Ouattara n’a pas boudé son plaisir, puisqu’après avoir salué les officiers dans la tribune presque tous les cadres du RDR est retourné au centre du stade pour saluer, une nouvelle fois, une foule conquise d’avance.

Guillaume Soro, le grand absent

Tout le RDR, du plus haut cadre jusqu’au plus humble des militants est là, sauf le président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro. Celui-ci qui, rappelons-le, a été élu par les députés du RDR au perchoir, qui est membre du Bureau politique de ce même parti et qui est considéré – ou qui a longtemps été considéré – comme un fils prodigue, eh bien il est absent de cette grande messe politique.

Officiellement, il serait à l’étranger. Officiellement aussi, il a expliqué vendredi dans un communiqué qu’il n’avait à aucun moment, malgré son statut, été associé à l’organisation de ce congrès d’où cette absence. Ce qui renforce, évidemment, et attise la brouille, ou en tout cas la perception de brouille qui existerait entre Guillaume Soro et le reste du parti ou tout du moins ses cadres.

Cela fait évidemment un peu tache dans le décor, mais lorsqu’on interroge les cadres du RDR, ceux-ci sourient de manière parfois gênée à nos questions, éludent cette question ou bien se défaussent en reprenant à leur compte une phrase de Soro lui-même : « Des congrès ordinaires ou extraordinaires, il y en aura d’autres à l’avenir ».

Source RFI

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles