Cote d’Ivoire des acharnements dénoncés contre des cadres d’un ministère

Le syndicat national des agents du ministère ivoirien de la construction et de l’urbanisme a dénoncé, mercredi, à Abidjan un ‘’acharnement’’ de la brigade de recherche de la gendarmerie du Plateau contre des cadres de ce ministère, menaçant de marquer un arrêt de travail si cette attitude continue, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.
‘’Nous ne pouvons plus accepter que de jour et de nuit, on nous empêche de dormir. Si on ne peut pas nous décorer, si on ne peut pas nous primer, qu’on se soucie de notre sécurité’’ a déclaré le Secrétaire général du syndicat national des agents du ministère de la construction (Synamc), Eloi Adou dans une conférence de presse, soulignant la ‘’récurrence’’ des convocations adressées aux agents du ministère de la construction.

‘’Nous n’accepterons plus qu’un agent du ministère se rende à la brigade de recherche de la gendarmerie’’ a-t-il fustigé, invitant à ‘’une mobilisation autour de nos camarades qui seront victimes’’. Poursuivant, M. Adou a souhaité que ‘’les problèmes politiques ne se déportent pas dans l’administration’’.

Depuis la semaine dernière des cadres du ministère de la construction et de l’urbanisme ont été convoqués à la brigade de recherche de la gendarmerie d’Abidjan-Plateau pour dit-on ‘’témoigner’’ dans une affaire de lotissement villageois de Akouédo Palmerais extension Sud-Est.

Il s’agit du Directeur de cabinet adjoint du ministère de la construction et de l’urbanisme, du directeur du domaine urbain, du directeur de l’urbanisme et du Chef de service du Guichet unique. ‘’C’est quelle audition qui dure de 8h00 à 21h00. C’est trop exagéré’’, a déploré Eloi Adou, ironisant qu’une ‘’soutenance d’agrégation ne dure même pas comme ça’’.

Ce lotissement initié en 1998 par Akouédo village et portant sur une superficie de 47 hectares dont 30 hectares ont été acquis par le Syndicat national des agents du Trésor (Syna-Trésor) à hauteur de 900 millions de FCFA, fait l’objet d’une plainte du village Akouédo qui pense avoir été ‘’spolié’’ totalement de son terrain.

Source Apanaews

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles