Côte D’Ivoire : Arrestation de deux journalistes pour divulgation de ‘’fausses informations’’

Des journalistes ivoiriens exerçant au Quotidien d’Abidjan, un journal proche de l’opposition seront présentés mardi devant le parquet d’Abidjan pour ‘’fausses informations’’ après avoir été entendus, ce lundi, par la gendarmerie.

Selon le Directeur de Publication des journaux Le Temps et Lg Infos,  Yacouba Gbané par ailleurs membres du «Collectif des journaux bleus», proches de l’opposition politique les deux confrères ont été entendus pour divulgations  « de fausses informations ».

«  Ils ont écrits que les comptes de  Guillaume Soro (Chef du parlement) ont été  gelés et le budget de l’Assemblée nationale réduit », a confié Yacouba Gbané, joint au téléphone par APA.

Poursuivant, M. Gbané a souligné que le Directeur de Publication du Quotidien d’Abidjan Dan Opeli et Yves Kuyo, l’auteur de l’article « avaient été convoqués le vendredi dernier à 11 heures et ils devaient se présenter à la brigade de recherche ce même jour  à 13 heures » .

« Aujourd’hui,  ils sont partis à 11 heures et auditionnés à 13 heures à  la brigade sous la supervision du Procureur adjoint Souleymane Méïté . C’est à 17 heures qu’il a été décidé à la brigade de recherché du Plateau », qu’ils « seront présentés  demain (mardi) devant le parquet », a conclu Yacouba Gbané.

Le Procureur de la République Richard Adou a démenti, vendredi, ‘’le gel des comptes’’ de Guillaume Kigbafori Soro, le Président de l’Assemblée nationale, comme annoncé à la Une du Quotidien d’Abidjan dans sa parution du même jour.

Selon le communiqué du Parquet parvenu à APA, ‘’aucune enquête judiciaire n’a été diligentée par le Parquet contre le Président de l’Assemblée nationale et ses comptes bancaires ne font l’objet d’aucune réquisition de gel’’, écrivait Richard Adou.

Le Quotidien d’Abidjan titrait à sa Une de vendredi,  ‘’Malgré le pardon du Président de l’Assemblée nationale : des comptes de Soro gelés’’ soulignant ‘’une enquête judiciaire ouverte contre l’ex-chef rebelle, le budget de l’Assemblée nationale au restreint’’.

Pour le Procureur de la République, ‘’ces informations  sont fausses et mensongères’’ et annonçait avoir ‘’instruit la section Recherches de la Brigade de gendarmerie à l’effet d’ouvrir une enquête sur les faits dont il s’agit et de lui conduire les auteurs de l’article incriminé’’.

En Côte d’Ivoire, la loi de décembre 2004 portant régime juridique de la presse réprime ‘’les faits de divulgation de fausses informations’’.

Source APA

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles