Corruption : Transparency International salue de bonnes décisions prises cette semaine

La semaine a débuté avec quelques nouvelles encourageantes lundi, Journée internationale des droits de l’homme. Les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont donné leur premier feu vert à la création d’un régime de sanctions à l’échelle européenne pour les violateurs des droits de l’homme.

Selon le rapport hebdomadaire de Transparency International, des lois similaires aux États-Unis et au Canada ont été utilisés pour lutter contre l’impunité pour les droits de l’homme et les crimes de corruption dans d’autres pays.

« Nous allons demander à l’UE de suivre cet exemple et adopter une même stratégie à deux volets qui permet le gel des avoirs et des interdictions de voyage à appliquer à la corruption, partout où ils sont issus », nous dit l’organisation.

Plus tard, le jeudi, Amnesty a noté une action décisive de la Commission européenne, qui est engagée à mener une enquête approfondie d’ un grave conflit d’intérêts concernant le Premier ministre de la République tchèque, Andrej Babiš et la société Agrofert. Le commissaire européen pour le budget a déclaré qu’il n’y aura pas d’autres fonds européens versés à la société jusqu’à c’est étudiée et résolue.

« Cet été, notre section locale a découvert que Babiš reste le bénéficiaire ultime de deux fiducies qui possèdent la société, qui reçoit des millions d’euros de l’UE chaque année.

Babiš a déjà rejeté les demandes de notre chapitre comme « non – sens » et passé à l’offensive contre nous. Avec leur décision cette semaine, les législateurs européens ont revendiqué le travail d’enquête diligente de notre chapitre tchèque.

Mais ce n’est pas toute action en Europe. Cette semaine, nous avons dû rappeler au Parlement européen de leur engagement à mener une enquête interne afin de déterminer si la réputation de l’élite dirigeante azerbaïdjanaise et l’opération de blanchiment d’argent a atteint le Parlement, comme il avait d’ autres institutions européennes », nous dit le document.

Selon Amnesty International cela fait partie de leur campagne pour demander justice pour le silence en Azerbaïdjan et de réparation pour l’ influence corruptrice en Europe du régime.

« Vous pouvez nous rejoindre en exhortant les procureurs espagnols de tenir compte de trois hommes politiques espagnols de haut profil, qui aurait pris des pots de vin pour améliorer la réputation de l’Azerbaïdjan en Europe. Si vous avez pas déjà, il est encore temps de se joindre à la campagne », conclut le document.

 

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles