Corruption : l’Organisation Transparency International satisfaite de sa concertation avec le FMI

Cette semaine, l’organisation Transparency International attribue zéro faute au Fonds monétaire international (FMI), l’institution financière mondiale chargée d’assurer la stabilité macroéconomique mondiale.

« Au FMI qui a fait de bons bruits sur la corruption au cours des deux dernières années, ce weekend dernier, nous avons envoyé une délégation à ses réunions de printemps à Washington DC pour coopérer avec le Fonds sur les questions », peut-on lire sur leur newsletter.

Leur directeur général Patricia Moreira a pris part à un groupe de haut niveau avec le directeur du FMI, Christine Lagarde, qui a souligné l’importance du rôle de la société civile dans la lutte contre la corruption.

Un autre point fort clé des réunions a été le dévoilement du cadre tant attendu du FMI pour l’engagement « renforcé » avec des problèmes de corruption et de gouvernance.

Le document est un pas en avant pour le FMI, tant en termes de langue et de l’ambition, et comprend des références aux liens entre la corruption, l’inégalité et la perte de confiance des citoyens.

« Si elle est correctement mise en œuvre, ce nouveau cadre pourrait conduire à un changement important dans l’engagement du FMI aux efforts de lutte contre la corruption », assure l’Organisation.

Chez Transparency International, « nous paierons une attention particulière à ce que la nouvelle politique entrera en vigueur dans les prochains mois », a-t-elle ajouté.

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles