Coopération en matière de pêche : Un nouveau protocole signé entre le Sénégal et la Guinée Bissau

Après de longues négociations, le Ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, M. Oumar GUEYE et le Secrétaire d’Etat des Pêches et de l’Economie maritime de la République de Guinée-Bissau, M. Ildefonso BARROS ont signé à Dakar le nouveau protocole d’application de la convention entre les deux Gouvernements dans le domaine des Pêches à Dakar. Le présent protocole précise les modalités pratiques de mise en œuvre de la coopération en matière de pêche. Ce renouvellement permettra à la pêche artisanale et industrielle du Sénégal d’accéder aux eaux territoriales de la Guinée Bissau moyennant une contrepartie.

« Nous venons de parapher le protocole d’accord entre la république de Guinée-Bissau et le Sénégal dans le secteur de la pêche maritime. Cet accord va permettre aux pêcheurs sénégalais aussi bien au niveau de la pêche artisanale que de la pêche industrielle de pouvoir mener des activités de pêche au niveau des zones territoriales de Guinée-Bissau sur certaines conditions qui sont estimées dans plusieurs articles dans le protocole. Ce n’est pas nouveau parce que nous avions déjà des protocoles dans le cadre d’une convention globale. Nous réunissons pour adapter le protocole en fonction des exigences de l’heure en fonction de l’évolution des différents codes des deux pays en matière de pêche. Ce protocole va permettre aux industriels de pouvoir travailler, exercer leur métier et également la pêche artisanale. Ce protocole que nous venons de signer, est pour deux ans, il y aura un mécanisme de suivi », souligne le ministre de la pêche et de l’économie maritime, M. Omar Gueye, en marge de la cérémonie de signature.
Au cours de la cérémonie, les deux Ministres ont renouvelé leur engagement à faire du secteur de la pêche un axe majeur de coopération et d’intégration économique, compte tenu de son rôle stratégique en tant que vecteur de développement socio-économique et de facteur incontournable de la sécurité alimentaire.
Les deux autorités ont insisté sur la nécessité d’adopter de nouvelles approches sur la durabilité des pêches, de lutter contre la pêche illicite non déclarée et non réglementée (INN), de promouvoir l’évaluation et la connaissance des stocks des ressources, d’encourager les opérateurs privés à une plus grande participation pour renforcer leurs liens d’amitié et de fraternité.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles