Coopération CEDEAO-CEEAC pour contrer le terrorisme et l’extrémisme violent : les engagements et recommandations issus des concertations

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) s’engagent à renforcer, entre elles, les échanges d’informations et de renseignements, la coopération militaire et le partage de bonnes pratiques entre leurs Etats membres.

Elles devront également jouer, dans leurs zones respectives, un rôle de coordination des différentes stratégies régionales et internationales.

Telles sont quelques une des recommandations de la réunion d’experts, préparatoire au sommet conjoint des chefs d’Etat et de gouvernement des deux communautés régionales sur la paix, la sécurité, la stabilité et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, qui s’est achevée le mercredi 11 juillet 2018 à Lomé, au Togo.

Selon le communiqué parvenu à www.lactuacho.com, la rencontre a aussi été préconisé le renforcement de la coopération entre les Etats membres sur le plan judiciaire, et un mécanisme d’assistance bilatérale et multilatérale devra être mis en place dans la lutte contre le terrorisme.

De même, des modules de formation portant sur la lutte contre le  terrorisme devront être intégrés aux opérations régionales de maintien de la paix, et les forces spéciales de contre-terrorisme seront associées aux activités, notamment dans les zones frontalières.

Les participants à la réunion de Lomé ont aussi recommandé l’institutionnalisation du financement des activités liées à la lutte contre le terrorisme aux niveaux national, régional, interrégional et international.

Ils ont, en outre, reconnu que des efforts particuliers devraient être faits pour réaliser un diagnostic scientifique des causes du terrorisme dans les deux régions et sur le continent africain.

Le renforcement des capacités de la Cedeao et de la CEEAC pour l’élaboration d’une stratégie commune en matière de lutte contre le terrorisme, ainsi que la promotion et le développement des capacités dans la lutte contre l’utilisation d’internet par les groupes extrémistes comme moyens de recrutement et de radicalisation, figurent également parmi les conclusions de la rencontre.

Recommandation a été faite d’associer les communautés locales et les organisations de la société civile à la lutte contre le terrorisme, la radicalisation et l’extrémisme violent.

La réunion a, en outre, appelé la Cedeao et la CEEAC à développer des mécanismes destinés à prévenir les attaques de représailles contre les  Etats contributeurs de troupes aux opérations régionales de maintien de la paix.

Outre ces différentes recommandations, les participants ont également adopté le projet de Déclaration conjointe de la Cedeao et de la CEEAC sur la paix, la sécurité, la stabilité et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent.

Il en a été de même pour les projets d’ordre du jour et de programme de travail de la réunion ministérielle de la Cedeao et de la CEEAC.

La réunion ministérielle se déroulera, le 28 juillet 2018, toujours dans la capitale togolaise, et regroupera les ministres des Affaires étrangères et ceux en charge de la Défense ou de la Sécurité des deux communautés régionales. Elle sera consacrée à l’examen et à l’adoption du projet de Déclaration ainsi que du projet de communiqué final conjoint devant sanctionner le sommet conjoint des dirigeants de la Cedeao et de la CEEAC.

A l’issue de la réunion, la vice-présidente de la Commission de la Cedeao, Mme Finda Koroma, a exprimé sa gratitude aux participants pour leurs diverses contributions, et les a félicités pour la qualité des présentations et des discussions durant les travaux.

 

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles