Constat dressé par les experts de l’OMT: le terrorisme, facteur de ralentissement du tourisme africain

C’est le constat dressé par les experts de l’organisation mondiale du tourisme (OMT) ainsi que de nombreux observateurs présents sur le continent. Parmi les facteurs à risque du tourisme, il y a le terrorisme qui commence à prendre une place importante dans ce continent au potentiel énorme.

Le tourisme est devenu depuis de nombreuses années déjà, un levier de croissance très important pour la majorité des pays africains. Tout comme le pétrole, l’industrie ou encore l’agriculture, le secteur touristique participe à la croissance de nombreux pays de ce continent de plus d’un milliard d’habitants.

Entre richesse naturelle et culturelle et ressources disponibles, le continent siège de l’union africaine, bénéficie d’un ensemble de potentialités qui attire de nombreuses convoitises internationales. Au cœur de cette richesse, il y a de grosses réserves comme le Kenya, la Tanzanie, l’Ethiopie ou encore, l’Afrique du Sud,  des pays qui ont réussi à tirer leurs épingles du jeu.

Depuis quelques années, l’ensemble du secteur touristique connaît une baisse de ses activités ce qui entraîne également une croissance au ralenti. Cette situation désagréable est due en grande partie par la montée du terrorisme islamiste qui s’installe et commence à prendre une place considérable. L’hôtellerie est l’activité la plus touchée par ce fléau qu’il convient d’appeler “gangrène”.

Jumia Travel, leader panafricain du voyage en ligne, est l’un des premiers acteurs du secteur touristique à donner le las sur cette gangrène qu’est le terrorisme. Dans un rapport dénommé l’hospitality report publié il y a quelques mois, le site spécialisé dans la réservation des chambres d’hôtels et de billets d’avion, interpellait les gouvernements sur cette situation au combien importante.

Le rapport en question a identifié le terrorisme comme le plus grand fléau du secteur du voyage et du tourisme africain, et des pays comme le Nigeria, le Kenya, la Tunisie, le Mali, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et l’Egypte sont les plus grandes victimes. “La mondialisation a donné aux réseaux terroristes une plate-forme pour organiser leurs réseaux.

Si rien est fait, nous allons continuer d’observer la décadence de ce secteur très porteur” déclarait un responsable de l’OMT il y a un an. Alors que le tourisme génère beaucoup d’argent en plus de promouvoir la cohésion internationale, il commence ….

L’impact du terrorisme sur l’industrie du voyage et du tourisme peut être énorme, car cela pourrait conduire au chômage, à l’itinérance, à la déflation, à la dépression et à de nombreux autres maux sociaux et économiques.

Pourtant, la contribution du tourisme à la croissance de nombreux pays est si grande que tout ralentissement dans l’industrie est une cause de préoccupation majeure pour de nombreux gouvernements. Les répercussions sont ressenties dans de nombreuses autres industries associées au tourisme telles que les compagnies aériennes, les hôtels, les restaurants et les magasins qui répondent aux touristes et aux services connexes.

Selon le rapport, qui a été présenté aux médias et aux principales parties prenantes dans l’industrie du voyage récemment à Douala par le directeur de l’entreprise, Tom Hurier, les attaques terroristes dans ces pays ont eu un impact négatif sur leurs revenus touristiques notamment dans la région de l’extrême nord. Pendant ce temps, le rapport a prédit que le continent attirera 64 millions d’arrivées internationales avant la fin de 2017, contre 58 millions en 2016, soit une croissance de 8% d’une année sur l’autre.

Correspondance particulière de

Simon Mbelek

Public Relations Manager –  Jumia Travel

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles