Congrès Américain : Quand la menace d’assassinat provoque une vague de démissions

La menace d’assassinat pourrait être à l’origine d’une série de départs à la retraite au Congrès républicain, a déclaré vendredi le représentant de l’Alabama, Mo Brooks.

Dans une interview publiée sur le Dale Jackson Show, Brooks a déclaré qu’une fusillade à un match de baseball  du Congrès en Juin 2017 peut avoir été un facteur dans le nombre de législateurs démissionnaires.

« L’une des choses qui me préoccupe est que le risque d’assassinat puisse devenir un facteur », a déclaré Brooks, comme l’a signalé Roll Call.

« Vous devez vous demander avec ce genre de nombre de retraite disproportionné si ce qui s’est passé en juin qui a joué un rôle », a-t-il ajouté.

Steve Scalise, le numéro trois républicain à la Chambre des représentants, a été gravement blessé et cinq autres ont fui lorsque le tireur a ouvert le feu sur les législateurs du GOP jouant au baseball dans un champ à Alexandria, en Virginie, à l’extérieur de Washington.

Ce tireur avait posté des messages en colère contre le président Donald Trump et d’autres républicains sur les médias sociaux.

Brooks a souligné que parmi ceux qui ont pris leur retraite se trouvaient le sénateur Jeff Flake, de l’Arizona, et les représentants Tom Rooney et Dennis Ross, de Floride, qui avaient tous participé au match de baseball. Flake a invoqué son opposition au président Donald Trump comme raison de son départ, tandis que Ross a cité la polarisation à Washington comme l’une des raisons de sa décision.

Ce congrès a vu 43 républicains de Chambre annoncer  qu’ils démissionnent, certains prenant des positions pour le secteur privé tandis que d’autres ont expulsés en raison à des scandales. Le président de la Chambre, Paul Ryan, fait partie de ceux qui se disent prêts à démissionner.

Brooks a reconnu que les collègues qui ont pris leur retraite n’avaient peut-être pas cité la peur de la violence parmi leurs raisons de démissionner. Ses remarques viennent des jours après que les législateurs républicains aient tenu leur première session d’entraînement sur le terrain depuis la fusillade.

Brooks a fait référence à une série d’arrestations de personnes accusées d’avoir menacé leurs collègues du Congrès républicain au cours des derniers mois et a déclaré: «J’ai un membre du Congrès, un ami, dont la fille de trois ans est menacée de meurtre.

Il y a un nombre croissant de gauchistes qui croient que la façon de résoudre ce problème n’est pas d’aller aux urnes, mais par des menaces et parfois par la violence et les assassinats », a-t-il ajouté.

Lactuacho.com avec newsweek.com

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles