Congo 17 morts notés, dans des affrontements contre le maintien de Kabila, entre policiers et miliciens

Quatorze miliciens et trois policiers ont été tués mercredi dans des affrontements à Lisala, dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo, a déclaré jeudi à l’AFP le gouverneur de la province de la Mongala, Bienvenu Esimba.

Ces affrontements ont été provoqués par l’attaque d’adeptes d’une secte millénariste armés d’AK-47 dont le gourou, Wami-Nene, s’est proclamé président de la RDC depuis le 20 décembre, date de la fin du mandat du chef de l’Etat congolais Joseph Kabila, selon M. Esimba et un prêtre catholique local.

Bouclage et arrestations à Lubumbashi

L’armée congolaise a bouclé jeudi matin un quartier de Lubumbashi, où elle procédait à des arrestations massives d’individus de sexe masculin, ont indiqué à l’AFP cinq habitants ou riverains. Le bouclage du quartier Matshipisha-Gbadolite, dans le sud de la deuxième ville de la République démocratique du Congo, a commencé au lever du jour, vers 05h00 (03h00 GMT), selon ces sources.

La veille, le gouverneur de la province du Haut-Katanga, Jean-Claude Kazembe avait dû fuir sous des jets de pierres après avoir tenté à Matshipisha une « marche de la paix » destinée à montrer que les autorités maîtrisaient la zone au lendemain d’affrontements meurtriers entre les forces de l’ordre et des jeunes hostiles au président Joseph Kabila.

Capitale du Haut-Katanga, Lubumbashi est le fief de l’opposant en exil Moïse Katumbi. Mardi, Kinshasa, Lubumbashi et d’autres villes du Congo ont été le théâtre d’affrontements meurtriers.

Ces heurts ont opposé les forces de l’ordre à des jeunes entendant dénoncer le maintien au pouvoir du chef de l’État à la suite du renvoi sine die de la présidentielle. A Matshipisha – quartier réputé habité par des Kasaïens – 8 personnes ont été tuées, et 47 blessées, selon la police.

Kazembe a fait porter la responsabilité des violences à plusieurs dizaines de « voyous venus de Mbuji-Mayi et Kananga », les deux grandes villes de la région du Kasaï (centre), dont est originaire l’opposant historique Étienne Tshisekedi.

Tshisekedi, 84 ans, a appelé à « résister pacifiquement » contre le maintien au pouvoir de M. Kabila.

Source dhnet.be

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles