Conflits sociaux dans l’espace CEDEAO : le dialogue social et le tripartisme mis en avant pour leur prévention et résolution

28% seulement des 400 millions d’africains en âge de travailler ont un emploi stable et l’écrasante majorité de ces actifs œuvrent toujours dans l’informel. C’est le constat amer fait par le ministre guinéen du Travail et de l’Emploi, Damantang Albert Camara, le mercredi 25 octobre 2017, à Conakry, en Guinée, lors de la cérémonie d’ouverture de l’assemblée générale du Forum tripartite du dialogue social de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

« Sachant que chaque année entre 10 et 12 millions de jeunes arrivent sur le marché du travail, d’ici 2020, quelque 122 millions de nouveaux demandeurs d’emploi arriveront sur ce marché́, alors qu’au rythme actuel le continent africain ne devrait créer que 54millions de postes à occuper », a déclaré M. Camara dans un communiqué parvenu à www.lactuacho.com.

Pour lui, cette rencontre permettra de traiter des questions d’actualité relatives au dialogue social, de présenter les nouveautés en matière de politiques régionales, de partager les expériences nationales en matière de négociation collective, d’élaborer et de réviser des plans d’action du Forum.

Pour sa part, la commissaire chargée des Affaires sociales et du Genre de la Commission de la CEDEAO, Dr Fatima Dia Sow, a rappelé aux participants l’importance du Forum. Ce Forum tripartite du dialogue social de la CEDEAO, a-t-elle indiqué, est un cadre d’échanges mais aussi de décisions, que les représentants gouvernementaux et les partenaires sociaux doivent mettre à profit afin que des mesures soient prises aux plans politico-institutionnel et juridique pour renforcer le dialogue social en Afrique de l’Ouest.

Pour ce faire, au regard des enjeux et des défis à relever, Dr Fatima Dia Sow a exhorté les participants à faire de ce Forum un instrument autonome doté des moyens de sa mission, afin qu’il puisse contribuer effectivement au renforcement de l’intégration ouest-africaine.

« Je fais appel à votre implication personnelle et efficiente non seulement dans les travaux de ces jours-ci mais au-delà dans une réflexion profonde sur la viabilité, l’utilité et l’innovation du Forum afin de lui imprimer une dynamique constante et pour qu’il puisse répondre aux objectifs pour lesquels nos Chefs d’Etat et de Gouvernement l’ont créé », a fait savoir Dr Fatima Dia Sow.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles