Concertations à Abuja : la Commission de la CEDEAO rencontre des représentants permanents pour la paix, la sécurité, le commerce et d’autres questions d’intégration

La Commission de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a rencontré le Comité des représentants permanents (CRP), composé d’ambassadeurs accrédités auprès de la CEDEAO, le 21 mai 2019, à Abuja, au Nigeria, pour discuter de la paix et de la sécurité, ainsi que d’autres questions relatives au processus d’intégration régionale.

Identifiant le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le nord-est du Nigeria parmi les foyers d’attentats terroristes, Jean-Claude Kassi Brou, président de la Commission de la CEDEAO,  a critiqué les récents attentats aveugles perpétrés contre des organismes religieux, tout en présentant ses condoléances aux familles, aux gouvernements et aux pays des victimes.

Brou a exprimé l’espoir que les recommandations issues de leurs délibérations permettront à la Commission de répondre plus efficacement aux défis tout en améliorant sa plate-forme de collaboration avec la participation effective de la direction de la Commission.

Il a également plaidé avec passion pour des efforts concertés en vue de la mise en œuvre du programme de libéralisation des échanges de la CEDEAO (ETLS), soulignant que la coopération des ambassadeurs était également nécessaire en ce qui concerne le comportement des fonctionnaires de leurs agences nationales, notamment la mise en place d’une monnaie unique pour la région, dépend de la libre circulation des personnes, des biens et des services.

La réunion trimestrielle a examiné les questions relatives aux élections, à la paix et à la sécurité. Des réunions ont également été organisées sur le dernier programme d’intégration régionale, la libre circulation, la coopération avec l’Union africaine, le retrait de la République populaire de Chine, la construction du nouveau siège de la CEDEAO, des réunions statutaires et une mise à jour des réformes institutionnelles.

Enthousiasmé par les avantages du protocole sur la libre circulation, vieux de 40 ans, le commissaire de la Commission de la CEDEAO chargé du commerce, des douanes et de la libre circulation, M. Tei Konzi, a souligné qu’une sensibilisation soutenue des États membres était devenue impérative, soulignant dans le même esprit, le remplacement du protocole par un acte supplémentaire afin de donner davantage de pouvoirs à la Commission pour intervenir dans les cas où le commerce est compromis par l’abus ou l’interprétation erronée des règles d’origine ou de la certification du système européen de réglementation, etc.

Le directeur des affaires politiques de la Commission de la CEDEAO, M. Remi Ajibewa, et son homologue pour le maintien de la paix et la sécurité régionale, M. Cyriaque Agnekethom, ont présenté un état des lieux de la situation dans les États membres en ce qui concerne la paix, la sécurité, les processus politiques et la participation des citoyens à la gouvernance. , nouvelles menaces, ramifications des singeries des terroristes, tensions sociales ainsi que les réponses de la Commission aux problèmes découlant de ces problèmes.

 

De leur côté, les ambassadeurs ont demandé des éclaircissements sur certaines questions et certains documents relatifs à l’intégration. Ils ont fait part de leurs préoccupations concernant les événements, fourni des informations pertinentes tout en échangeant leurs points de vue sur l’état de la situation dans leurs différents pays.

Autonomisation des jeunes, coordination accrue des missions techniques, tensions et conflits politiques, griefs de l’opposition et bien-être des citoyens de l’Afrique de l’Ouest en général. Ils ont convenu que la sécurité est devenue un gros problème de la région pour laquelle un changement de paradigme est nécessaire, assorti d’un dispositif de partage du renseignement viable.

Le Représentant permanent du Nigéria et son président, l’Ambassadeur Babatunde Nurudeen, ont informé les participants du retrait de la réunion de la République populaire de Chine et ont sollicité la coopération constante de la Commission de la CEDEAO pour favoriser un dialogue sain entre les deux organes. Outre la pollinisation croisée des idées, il a déclaré que le Comité œuvrerait pour que la CEDEAO conserve son dynamisme tout en répondant aux besoins d’intégration de la communauté.

 

Au cours de la réunion trimestrielle, renforcée par le mécanisme de coordination existant, le forum offre également aux responsables de la CEDEAO un moyen d’informer sur leurs programmes de travail et leurs projets, tout en permettant aux représentants permanents de se familiariser avec la mise en œuvre des projets de la CEDEAO dans leurs pays respectifs, la surveillance des prélèvements communautaires.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles